Le comité Unicef Paris Saint Denis à nouveau en deuil

C’est avec une grande émotion et une profonde tristesse que nous venons d’apprendre le décès de Patrick Terroir survenu le 30 novembre à l’issue d’un combat avec une lourde maladie.

Le choc est pour nous d’autant plus brutal que sa pudeur nous avait  laissés dans l’ignorance des problèmes de santé qui l’affectaient.

Quelques semaines après la disparition de Jean-Pierre Gillioz, notre Comité pleure à nouveau l’un de ses bénévoles aussi fidèle qu’engagé.

Patrick, jusqu’au bout tu auras continué à œuvrer pour la cause de l’Unicef, notamment pour les Conseils Municipaux d’Enfants que tu avais contribué à faire exister dans plusieurs mairies d’arrondissements et qui te tenaient tant à cœur.

Tu avais été heureux et fier de nous annoncer la tenue le 9 novembre dernier du CME du 9ème arrondissement qui avait réuni en visio – confinement oblige — plus de 40 enfants. 

Merci du fond du cœur, cher Patrick, ton absence va nous laisser un grand vide comme le prouvent tous nos témoignages :

« Patrick était et restera mon mentor pour toujours. Il y a encore quelques jours j’échangeais avec lui sur l’organisation des Conseils municipaux des enfants à distance. D’une exigence et d’une persévérance remarquables, Patrick n’aurait abandonné pour rien au monde les enfants. Patrick avait cette vision admirable de l’enfant, qu’il n’infantilisait pas, mais au contraire appréciait leurs ambitions de devenir présidents de la République et les encourageait à s’affranchir des adultes pour réaliser eux-mêmes leurs propres projets.

Au delà de son action remarquable auprès des enfants, Patrick a su me conseiller, m’orienter, et m’épauler dans mon engagement, mais également au-delà, dans mes études de droit et pour mon avenir professionnel.

Patrick, sa gentillesse et son altruisme resteront une source d’inspiration immense. 

Prévenant, toujours à s’enquérir de mes nouvelles et de celles de mes proches, ce fut véritablement une chance et un plaisir inestimables que d’avoir pu œuvrer pendant cinq ans à ses côtés.

J’espère du plus profond de mon coeur qu’il sait ma reconnaissance et ma gratitude à son égard. 

Merci Patrick »

« C’est avec consternation et profonde tristesse que nous avons appris  le décès de Patrick. Une nouvelle fois, en si peu de temps, notre équipe du Comité est frappée. 

Patrick était une personne de grande rigueur et professionnalisme et qui, jusqu’au bout, a assuré ses responsabilités. J’ignorais ses problèmes de santé car il a été présent il y a peu aux réunions. Beaucoup de pudeur qui l’honore. »

« Je suis consternée car j’ai l’impression que Patrick était encore actif il y a seulement quelques jours ou au plus semaines. Je ne savais rien de ses problèmes de santé et je trouve sa pudeur exemplaire.

Patrick pouvait parfois paraître intransigeant mais mettait beaucoup d’ambition et d’ardeur dans toutes les actions qu’il entreprenait pour l’UNICEF.  Je me souviens de sa satisfaction et fierté d’avoir créé le conseil municipal des enfants dans le 1er arrondissement.

Il aimait monter des événements de grande ampleur : conférence avec le Barreau de Paris, événement au Théâtre de Chaillot en novembre dernier, et s’y investissait avec enthousiasme. Ce furent de très belles réussites.

Ce sera sans nul doute un vide pour le comité de Paris et je partage la tristesse et sans doute « l’incompréhension » de tous les bénévoles qui le côtoyaient. »

« Patrick Terroir a su poursuivre et amplifier les actions du Comité de Paris Saint Denis en faveur de la mise en place et de l’animation de Conseils Municipaux d’Enfants dans plusieurs arrondissements de Paris. Il était très attaché à cette activité UNICEF car il s’agit de donner ainsi concrètement aux enfants le droit à la parole sur des questions qui les concernent dans le domaine public.

Patrick Terroir s’est en plus appuyé sur son métier d’avocat pour étendre, au moyen d’événements auxquels il faisait participer des personnes qualifiées en matières juridiques, sociales et politiques, les actions du Comité de Paris Saint Denis en matière de promotion et application des droits de l’enfant. »

« Cher Patrick,

Votre famille, vos amis, vos collègues, tous ceux qui vous ont connu et apprécié… Tout le monde est là.
Nous sommes tous là pour vous dire adieu et vous rendre un dernier hommage.

J’ai été très heureuse de vous connaitre … Vous, qui saviez faire beaucoup avec si peu, vous qui saviez cultiver l’amour et l’amitié… vous rendiez ces moments rares…

Comment les oublier ? Comment oublier l’ami fidèle et généreux, le collègue apprécié, le mentor dédié ? Impossible. Votre mémoire sera toujours gravée dans nos coeurs.

Vous laissez un vide immense derrière vous et un héritage sans pareil au sein de l’UNICEF. Et c’est avec beaucoup de tristesse et de compassion que je présente mes plus sincères condoléances à la famille Terroir pour leur témoigner mon soutien dans ce moment douloureux. 

Il faudra un certain temps avant de réaliser votre départ, l’UNICEF ne sera plus le même sans vous.

Alors adieu et bon voyage. »

« Je ne connaissais pas bien Patrick Terroir, j’étais l’animatrice de trois commissions au sein du Conseil Municipal des enfants et lui le responsable de cet évènement. Je n’ai pas connu le professeur brillant qu’il était, mais le gentil organisateur d’une œuvre de bienfaisance. 

Pourtant je peux dire avec certitude que Patrick Terroir était empreint d’une terrible gentillesse. Bien que souvent maladroit avec les enfants impressionnés par ce vieux monsieur et qu’il reprenait comme si il s’adressait à des adultes. Sa bienveillance à leur égard transparaissait dans la façon dont il se démenait pour les aider à réaliser leurs projets. 

Je me souviens lors de la réunion d’une commission où les enfants souhaitaient organiser un concours de talents, Patrick Terroir tentait de leur faire comprendre à quel point cela serait merveilleux de réciter des vers, en vain. Les enfants le regardaient avec des yeux ronds, ils voulaient faire The Voice. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque le jour J un enfant avait décidé de réciter Cyrano de Bergerac ! 

Patrick Terroir était l’un de ses hommes discret qui font du bien autour d’eux sans ne rien en attendre. 

Je présente l’expression de mon sincère regret et toutes mes condoléance à sa famille et ses proches.

« En tant qu’ancienne présidente du comité, je peux témoigner que cela fait plus de 6 ans que Patrick participait aux actions de l’équipe « Ville Amie des Enfants », d’abord sous la responsabilité de Daniel Lebidois puis ensuite comme responsable d’activité.

Il avait contribué à organiser un premier débat au Barreau de Paris pour les 25 ans de la Convention International des Droits de l’Enfant et l’année passée, il a très largement contribué à la réussite et à la visibilité des 30 ans de cette convention en utilisant son réseau de connaissances tant auprès du Barreau de Paris, de la communauté des avocats, qu’auprès du Théâtre National de Chaillot.

Par ailleurs, Patrick avait largement communiqué auprès des Maires des arrondissements parisiens sur la nécessité de l’engagement des jeunes à la vie publique en animant avec succès cinq Conseils Municipaux des Enfants dans des arrondissements parisiens.

Nous regretterons son implication, sa rigueur et son efficacité dans ce qu’il entreprenait. »

« J’ai eu l’occasion, trop rarement, de rencontrer  Patrick à l’occasion de différentes réunions.  Ces moments d’échanges furent l’occasion de mieux le connaitre et d’apprécier ses qualités. Son investissement était total, force de propositions, novateur, pertinent et constructif  dans ses propositions tout comme dans ses analyses toujours justes.        

Sans faiblesse malgré la maladie il est resté à nos côtes, engagé et constructif. Son nom restera attaché au titre de VAE de la Ville de Paris.

Merci à toi Patrick, merci pour ce que nous tu nous as apporté. »

« Je suis très triste d’apprendre cette nouvelle. J’ai eu l’occasion de côtoyer Patrick à l’occasion des 30 ans de la Cide pour l’accrochage de la fresque à  la maison des avocats. »

« Le décès brutal de Patrick m’attriste et me touche plus que je ne saurais le  dire. Je regrette beaucoup de ne pas avoir mieux connu l’homme discret, pudique et courageux qu’il était… J’ai eu la chance de travailler à ses côtés à la célébration des 30 ans de la CIDE et d’avoir pu apprécier son intelligence,  sa force de conviction et sa détermination sans faille à servir la cause des enfants.

Grâce à lui, l’exposition sur les droits de l’enfant a été présente dans toutes les mairies d’arrondissement parisiennes et inaugurées par les maires de plusieurs d’entre elles. Une magnifique soirée dédiée à l’Unicef a eu lieu au théâtre de la danse de Chaillot qu’il a su  convaincre de célébrer les droits de l’enfant après avoir célébré les droits de l’homme…  Je garderai cette soirée en mémoire. Pour moi, elle restera toujours associée à Patrick,  ainsi que le débat sur le droit des enfants aux loisirs et à la culture qu’il a contribué à organiser et qu’il a lui-même animé une semaine plus tard, dans les locaux de ce même théâtre. »

« Je garderai le souvenir d’un homme rigoureux, précis, attaché à des principes et à des valeurs, qui était pleinement efficace et engagé dans les actions qu’il menait auprès d’UNICEF. Nos rapports étaient francs et directs. Il utilisait au mieux toute son expérience professionnelle et la richesse de ses contacts, n’hésitant pas à envisager d’aller sur des pistes nouvelles, mais dont il mesurait toujours avec précision la faisabilité.

C’était quelqu’un en qui on pouvait avoir confiance. Ce qu’il disait, il le faisait. »

« Patrick, 

Ta disparition brutale m’a touché. Je n’étais pas de ceux qui savaient que tu étais malade mais j’avais appris à t’apprécier à travers notamment la conférence à la maison du barreau en novembre 2019, pour les 30 ans de la CIDE, puis de ta participation très active à l’action de parrainage éducatif à distance qui a été déployée en 2020 pendant le premier confinement.

Tu n’étais pas de ceux qui s’écoutent parler ou qui parlent pour ne rien dire. Tu étais une personne discrète mais efficace, rigoureux et carré. Tu étais quelqu’un sur qui on pouvait compter et tes avis, dont nous pouvions parler ensemble, méritaient tous une attention.

Je suis sûr que, la COVID éloignée, nous aurions pu faire de grandes choses pour les villes amies des enfants, guidés par tes bonnes idées et propositions. Malheureusement, ce ne sera pas le cas et tu vas me manquer, tu vas nous manquer. »

« Le décès de Patrick est une triste nouvelle. Il a été en effet très présent lors de la construction du plan d’action au sujet des Villes amies des enfants et bien que malade depuis quelques temps, il a poursuivi ses actions au sein des conseils municipaux des enfants. »

« Je suis complètement abasourdie par cette nouvelle oh combien inattendue.

 Je connaissais peu Patrick mais j’avais pu apprécier l’intérêt des évènements dont il était à l’origine et il y a quelques jours seulement il expliquait qu’il ne pouvait rejoindre l’une de nos visioconférences car il était pris par un conseil des enfants. »

« Comme vous tous j’ai été très choquée par la disparition de Patrick. Pour nous c’est une annonce brutale mais savoir qu’il souffrait d’une grave maladie depuis un moment me remplit d’une grande tristesse. Il était efficace, et très pudique ce qui pouvait nous amener à le considérer comme un peu froid.  Je regrette beaucoup de n’avoir pas fait l’effort de mieux le connaître. »

« Le Comité est une nouvelle fois touché par un décès. Je connaissais peu Patrick Terroir, mais sa réputation au Comité faisait qu’on avait l’impression de le connaître. »

« Je ne connaissais pas Patrick. En fait je ne l’ai vu qu’une fois à la réunion de rentrée sans avoir eu l’occasion de parler avec lui.

J’ai pourtant bien perçu la place importante qu’il tenait au comité. Cela transparaissait dans les chaines de mails liés aux actions concernant le territoire. Une réponse à fournir, il la donnait sans tarder ; une intervention à faire, la réaction était immédiate ; une information à fournir, elle tombait très vite dans nos boites.

C’était agréable de travailler avec lui même à distance et je regrette de ne pas l’avoir mieux connu. »

« L’engagement bénévole de Patrick et son efficacité auprès des jeunes n’ont pas faibli au cours des années.
Bien que n’étant pas toujours du même avis nos échanges restaient très courtois et intéressants. »

« Toutes mes pensées vont à la famille de Patrick et aussi à celles et ceux qui l’ont côtoyé dans ce long chemin d’engagement pour améliorer les conditions de vie des enfants défavorisés du monde entier dans le cadre de l’UNICEF. »

« Malgré ma courte collaboration aux côtés de Patrick Terroir, je peux deviner à travers ses traits de caractères et de personnalité, un homme ayant un beau vécu et qui a rarement montré la moindre faiblesse, un homme intègre, entier, droit avec de belles valeurs.

Comme dirait Jean d’Ormesson :

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants ».

Au revoir Patrick !

Toutes nos pensées et nos plus sincères condoléances à ta famille et à tes proches,

Amélie, Rose, Léa, Dominique, Daniel, Philippe, Véronique, Maryse, Francine, Jean-Marc, Fadila, Brigitte, Philippe, Yolande, Mireille, Monique, Mireille, Nassera, Sylvie, Véronique, Ounissa… et beaucoup d’autres bénévoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *