EBOLA : des milliers d’enfants orphelins

Le virus EBOLA représente un grave danger pour les enfants, mais pas toujours pour des raisons de contagion. En effet, l’épidémie a des conséquences très graves sur les services de santé qui sont souvent déjà fragiles dans les pays concernés. Ils sont même parfois interrompus, comme au Libéria. Ce qui veut dire que les enfants ne peuvent plus être traités ou vaccinés contre les maladies responsables de la majorité des décès d’enfants de moins de 5 ans, comme le paludisme, la pneumonie la diarrhée et la malnutrition.

De plus, en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, au moins 3700 enfants ont perdu un ou leurs deux parents depuis le début de l’épidémie de fièvre hémorragique due à Ebola en Afrique de l’Ouest.
C’est ce qui ressort des estimations préliminaires d’UNICEF. De nombreux enfants sont stigmatisés et rejetés par leur famille restante par peur de la contagion. Ces enfants ont un urgent besoin d’attention. En effet, les orphelins sont d’habitude recueillis par un membre de leur famille au sens large, mais dans certaines communautés, le peur d’Ebola est plus forte que les liens familiaux.  Ebola fait aussi peser une charge émotionnelle immense sur les enfants lorsque leurs parents doivent être isolés pour être soignés.

Lorsque des enfants ont perdu leurs parents en raison du virus, ils sont souvent stigmatisés et  livrés à eux-mêmes.
Quant à l’accès à l’éducation, il est lui aussi compromis : dans les régions affectées, les écoles sont fermées et la rentrée scolaire repoussée sine die.

La réponse d’UNICEF

Au Liberia, UNICEF aide le gouvernement à former 400 travailleurs sociaux et spécialistes de maladies mentales. UNICEF est aussi présent dans les régions les plus touchées pour aider à consolider les aides  apportées par les familles et les communautés aux enfants victimes d’Ebola et pour s’occuper de ceux qui ont été rejetés par leur communauté ou ceux dont la famille a été décimée par la maladie.

En Sierre Leone, au cours des 6 prochains mois, plus de 250 survivants (maintenant immunisés) seront formés pour s’occuper d’enfants mis en quarantaine dans les centres de traitement. Grâce à un maillage extensif dans tout le pays, l’UNICEF travaille aussi avec les autorités locales pour réunir les enfants avec leur famille et leur apporter une aide psychosociale.

En Guinée, L’UNICEF et ses partenaires apportent une aide psychologique et sociale à environ 60 000 enfants vulnérables et à leur famille.

En ce qui concerne le matériel, récemment, un avion-cargo a quitté Amsterdam pour la Sierra Leone emportant 100 tonnes de matériel médical. Des vols similaires sont prévus pour le Liberia et la Guinée, soutenus par le million d’euros donnés par la Commission Européenne d’aide humanitaire et le Département de Protection Civile. A ce jour, plus de 900 tonnes de matériel ont été transportés dans ces trois pays d’Afrique de l’ouest. C’est la plus grande opération effectuée pour ces pays touchés par Ebola. Le but d’UNICEF est de protéger ceux qui risquent leurs vies pour venir en aide aux malades, qu’ils soient personnels de santé ou membres des familles de malades.

D’après  Manuel Fontaine, directeur régional d’UNICEF pour l’Afrique centrale et de l’Ouest,  « Ebola transforme la réaction humaine qui consiste à réconforter un enfant malade, en une sentence possible de mort. La plus grande partie des enfants victimes d’Ebola sont encore laissés sans soins appropriés. Nous ne pouvons pas répondre à une crise de cette nature et de cette importance par des moyens ordinaires. Nous avons besoin de plus de courage plus de créativité et de beaucoup plus de moyens. Une étroite coordination entre UNICEF et ses partenaires est vitale pour faire parvenir l’aide à temps aux populations qui en ont besoin. »

L’UNICEF estime à 200 millions de dollars les besoins et n’a pour le moment réussi à réunir que 25 % de cette somme.

https://don.unicef.fr/b/mon-don

En août, UNICEF a expédié 1000 tonnes de fournitures d’urgence

Au cours de ce seul mois d’août 2014, l’UNICEF a expédié 1 000 tonnes de fournitures aux enfants pris dans des crises humanitaires générant des situations d’urgence.  Cette opération est la plus grande opération d’urgence jamais menée par l’organisation en un seul mois. La quantité livrée représente l’équivalent de 19 avions cargos gros porteurs.

« Ce déploiement exceptionnel organisé par l’UNICEF est la réponse aux besoins urgents dans un grand nombre de pays actuellement en crise », a déclaré Mme Shanelle Hall, Directrice des opérations d’approvisionnement et de logistique de l’UNICEF. « Maintenant, il est vital de garder ouverts des couloirs humanitaires afin que ces fournitures continuent de parvenir aux enfants qui en ont désespérément besoin. »
Ayant prévu la nécessité de redoubler d’efforts face au conflit en Irak et à l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, l’UNICEF a pu assurer le plus grand nombre possible de vols d’avions cargo. En 27 jours, le centre d’approvisionnement de l’organisation, à Copenhague, a expédié 33 cargaisons de produits d’urgence dans les régions les plus troublées du monde :

  • La République Centrafricaine a reçu 26 tonnes d’équipement médical, de vaccins, de rations alimentaires d’urgence et de matériel pour creuser des puits. Parmi les médicaments essentiels, le matériel antipaludique a joué un rôle crucial pour protéger les enfants contre la principale cause de mortalité dans le pays.
  • Le nord-ouest de l’Irak  a reçu 500 tonnes de matériel, dont des rations alimentaires d’urgence, de l’eau, des articles médicaux, des tentes et des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi. L’UNICEF a expédié également 4 millions de doses de vaccin contre la polio, ce qui permettra de protéger les enfants contre cette maladie, réapparue en raison de l’effondrement des systèmes de santé dans la Syrie voisine.  
  • Le Libéria  a reçu 248 tonnes de matériel de l’UNICEF, comme des gants en latex, des lunettes de sécurité et des combinaisons de protection pour les agents de santé, des désinfectants à base de chlore et toute une gamme de médicaments essentiels, afin d’appuyer les efforts déjà déployés  pour contenir l’épidémie d’Ebola.
  • L’État de Palestine a reçu 3,5 tonnes de fournitures diverses, essentiellement des médicaments pour Gaza afin de réapprovisionner hôpitaux et structures de santé endommagés au cours du conflit. L’UNICEF a également fourni des vaccins essentiels pour protéger les enfants, particulièrement vulnérables lors des déplacements massifs de population.
  • Le Soudan du Sud a reçu 34 tonnes de fournitures nutritionnelles, y compris des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi à destination des enfants vulnérables, dont 50 000 risquent de mourir de malnutrition. Près d’un million d’enfants de moins de cinq ans du Soudan du Sud auront besoin d’un traitement contre la malnutrition cette année.
  • En Syrie, l’intervention de l’UNICEF, commencée sous la forme de cargaisons aériennes il y a quatre ans, s’est transformée en un acheminement régulier de fournitures composées au mois d’août de 89 tonnes de comprimés de purification de l’eau et de kits d’éducation. L’UNICEF est en train de livrer également plus de 156 tonnes de fournitures sanitaires et éducatives aux familles syriennes déplacées au Liban et en Jordanie. Ces familles sont aussi approvisionnées en eau.

« Les enfants doivent avoir la priorité au cours des crises multiples de cette ampleur.  L’UNICEF s’engage à maintenir ces efforts. Tant qu’il y aura des enfants dans le besoin, nous continuerons à mener ces opérations énormes et complexes d’approvisionnement d’urgence », a déclaré Mme Hall.

TYPHON AUX PHILIPPINES – Enfants en danger

4 millions d’enfants affectés par le typhon, faites un don !

Alors que les conséquences du typhon Haiyan, qui a frappé les Philippines ces dernières 48 heures, s’annoncent catastrophiques, il est déjà à craindre que les enfants soient parmi les plus gravement affectés. L’UNICEF intensifie sa réponse d’urgence, envoie un cargo de 60 tonnes de matériel de secours et appelle à la générosité du public pour soutenir ses interventions.

L’UNICEF intensifie sa réponse d’urgence aux régions des Philippines ravagées par le typhon Haiyan le 8 novembre dernier. Les dernières estimations indiquent que près de 4 millions d’enfants auraient été affectés par la catastrophe. Des aliments thérapeutiques pour les enfants, des kits médicaux et des trousses d’hygiène pour venir en aide à plus de 3 000 familles dans les zones touchées ont déjà été mobilisés grâce aux fournitures d’urgences acheminées dans le pays, avec une distribution prioritaire pour la région de Tacloban, dès que l’accès sera possible.

Les enfants, premières victimes

« Nous intensifions nos efforts pour distribuer des fournitures essentielles aux enfants qui sont les premières victimes de cette crise », a déclaré Tomoo Hozumi, le Représentant de l’UNICEF aux Philippines. « Atteindre les zones les plus touchées est très difficile, avec un accès limité, en raison des dommages causés par le typhon aux infrastructures et aux communications. Mais nous travaillons sans relâche pour venir en aide aux enfants aussi rapidement que les conditions le permettent. » Le centre d’approvisionnement de l’UNICEF à Copenhague achemine par avion 1,3 million de dollars de fournitures supplémentaires pour venir en aide à 10 000 familles, y compris celles qui sont touchées par le récent tremblement de terre à Bohol. Les envois contiennent des comprimés de purification d’eau, du savon, des kits médicaux, des bâches et des suppléments en micronutriments.

Les enfants qui ont survécu à la terrible violence de Haiyan ont besoin d’une aide urgente pour survivre à la suite de la tempête. La santé est une des préoccupations les plus urgentes, en raison de l’impact du typhon sur les systèmes d’assainissement et d’approvisionnement en eau.
Les enfants ont aussi besoin d’espaces sûrs et protégés pendant que les adultes sont mobilisés pour réparer les dégâts et trouver les moyens de survivre.

Pour aider les enfants affectés par le typhon, faites un don en allant sur le site UNICEF France. 

UNICEF a répondu à 286 urgences humanitaires en 2012

L’Assemblée Générale de l’UNICEF qui s’est déroulée les 11 et 12 juin dernier a été l’occasion de faire un point du défi relevé par l’UNICEF pour la protection des enfants dans les situations de crises complexes.
Parce que les enfants et les femmes sont particulièrement affectés par les crises humanitaires, l’UNICEF est présent, dans la mesure du possible, avant, pendant et après les crises. Par exemple, en 2012, l’UNICEF a répondu à 286 urgences humanitaires dans 79 pays.
Toujours en 2012, les dépenses d’urgence d’UNICEF se sont élevées à 809 millions de dollars, soit à peu près 1/5 des dépenses d’UNICEF. Environ 10 % de ces fonds (83 millions de dollars) sont mobilisés par les comités nationaux, parmi lesquels, le Comité National Français a été le meilleur donateur (9.9 millions de dollars). Schématiquement, le dispositif de gestion des situations d’urgence d’UNICEF, comprend les centres de New York et de Genève qui définissent la politique humanitaire, les partenariats et la mobilisation des ressources, trois centres d’approvisionnement situés à Panama, à Shanghai et à Dubai et les bureaux d’UNICEF dans différents pays.
L’UNICEF s’est engagé pour les enfants dans les domaines de la santé, de la nutrition, de l’assainissement de l’eau, de l’hygiène, de l’éducation et la protection de l’enfance, avec deux objectifs : sauver des vies et protéger les droits en essayant de réduire la vulnérabilité aux crises naturelles et aux conflits violents. Des progrès importants ont été obtenus dans ces différents domaines. 

Cependant, de grands défis restent à relever au cours des années qui viennent. En effet, de plus en plus de gens seront affectés par les crises humanitaires (changement climatique et urbanisation), les urgences seront souvent récurrentes en raison de vulnérabilités chroniques, et l’insécurité des personnels humanitaires va augmenter car les Nations Unies sont une cible pour de nombreux groupes. Les contextes opérationnels vont rester complexes et l’environnement financier sera souvent difficile.
L’UNICEF a tiré les leçons des expériences passées pour renforcer ses systèmes et ses procédures afin de pouvoir accélérer les déploiements d’urgence, fournir rapidement des articles essentiels, améliorer la gestion et aider les communautés à résister aux évènements.
L’UNICEF essaie d’innover et de chercher des solutions nouvelles pour parer à ces risques, en appliquant une gestion de la sécurité plus agile acceptant certains risques, en utilisant une méthodologie qui consiste à déterminer et à hiérarchiser le degré d’importance des programmes, en programmant à distance en tenant compte de la gestion des risques, et en améliorant sa connaissance du cadre légal en échangeant des informations avec d’autres organismes.
L’action humanitaire dans les conflits armés
Face à un accès limité dans les zones de conflits, l’UNICEF innove en négociant l’accès grâce à une meilleure connaissance du droit humanitaire international par le personnel, en appuyant tout système apportant une réponse humanitaire qui respecte les principes, et en utilisant l’approche des foires humanitaires en lieu et place des distributions classiques.
Des exemples de résultats obtenus récemment.
En Syrie, il y a plus de 3 millions d’enfants qui sont affectés par le conflit. Malgré les difficultés, entre Janvier et Juin 2013, une amélioration nette a été obtenue dans le nombre d’enfants vaccinés contre la rougeole (978 259 enfants vaccinés), dans le nombre de personnes ayant accès à l’eau (7 400 400 personnes) et dans le nombre d’enfants ayant accès à l’éducation et au support psychologique.
En République Démocratique du Congo plus de 2.7 millions de personnes ont été déplacées. Cependant, en 2012, près d’1,2 millions de personnes déplacées et de personnes vulnérables accueillies dans des communautés ont pu être atteintes par l’aide humanitaire. En particulier, ces personnes ont pu acquérir des articles ménagers et accéder à l’eau potable et à une éducation de qualité. De plus, en RDC, plus de 10 millions d’enfants ont été vaccinés contre la rougeole en 2012, et l’UNICEF a répondu au choléra avec le programme WASH (Eau, assainissement et hygiène) et le programme C4D (Communication pour le développement).
En 2013, plus de 300.000 enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition aiguë sévère seront traités.
Image de prévisualisation YouTube 

Le Comité Français pour UNICEF joue un rôle important dans la mobilisation financière en essayant de développer des approches novatrices et d’identifier de nouveaux donateurs. Pour cela il est important de mobiliser les partenaires nationaux en faveur des enfants affectés par les crises humanitaires grâce au plaidoyer et au soutien des mouvements tels que la récente initiative SahelNOW. SahelNOW est un cri d’alarme pour attirer l’attention sur la crise alimentaire qui sévit dans la région du Sahel. Le but est de fournir de la nourriture et des objets de première nécessité aux enfants de cette région.
Pour rester présent dans les situations humanitaires d’urgence, l’UNICEF a grand besoin de vos dons.

La crise syrienne : les enfants ont besoin d’aide

Camp de Ramtha, Jordanie – Une enfant syrienne de 8 ans- © UNICEF/NYHQ2012-0196/Giacomo Pirozzi

Depuis plusieurs mois, UNICEF France a, sur son site, relayé les nombreux appels sur la crise syrienne et la situation alarmante des enfants syriens.
Violation des droits des enfants, violences aux enfants, difficultés d’accès pour les organisations humanitaires, afflux de réfugiés dans les pays avoisinants avec multiplication des camps de transit et précarité des conditions de vie.
Autant d’alertes que nous vous rappelons dans cet article en vous demandant de transmettre l’information autant que possible. www.unicef.fr
Les enfants syriens ont besoin de vos dons !

Décembre 2011 : Violations graves des droits des enfants
le Conseil des droits de l’homme de l’ONU adopte une résolution condamnant vivement les abus commis par les autorités syriennes et exhortant le gouvernement syrien à respecter son obligation de protéger la population du pays.
Mars 2012 : Les enfants sont particulièrement visés par les violences
Malgré un espace d’action humanitaire extrêmement réduit, L’UNICEF, l’une des seules agences humanitaires internationales encore présentes dans le pays, tente de porter assistance à la population. 
6 août 2012 : l’Unicef accroît son aide d’urgence face à l’afflux en Jordanie de familles réfugiées
L’intensification du conflit en Syrie engendre une augmentation dramatique du nombre d’enfants syriens fuyant avec leur famille en Jordanie, où l’UNICEF est en train d’augmenter ses interventions d’urgence. Plus de 13 000 Syriens sont arrivés dans les sites de transit en Jordanie depuis le début du mois de juillet. L’UNICEF a distribué des produits d’hygiène dont 9 000 kits pour bébés dans les 4 sites de transit. 
21 août 2012 :  L’eau, un besoin essentiel pour les enfants
27 août 2012 : la crise des réfugiés s’aggrave !
L’UNICEF lance un appel de fonds d’urgence pour subvenir aux besoins en matière de santé, de protection, d’eau et d’assainissement du nombre croissant d’enfants réfugiés syriens et de leurs familles arrivant en Jordanie. L’UNICEF lance un appel de fonds de 54 millions de dollars pour répondre à la situation d’urgence des réfugiés syriens vivant dans le camp de Zaatari et dans les communautés jordaniennes environnantes.
4 septembre 2012 : Les enfants réfugiés dans les pays voisins ont besoin d’aide
50 000 réfugiés en Jordanie, 54 000 personnes dispersées au Liban, 80 000 réfugiés en Turquie, 16 000 personnes en Irak.

Les actions de l’UNICEF en 2012 :  Prise en charge des familles déplacées et réfugiées (avec notamment fourniture d’eau potable, kits pour bébés, nourriture pour enfant, couchages…), soutien psychosocial, création d’ « espaces amis des enfants », campagnes de vaccination, etc. Au total depuis janvier 2012, plus de 115 000 personnes, dont 80 000 enfants, ont bénéficié de l’aide de l’Unicef et ses partenaires.
Cliquer sur le lien pour faire un don ! 

L’Unicef, déjà mobilisé pour faire face aux urgences en 2012 !

Dans son rapport Action humanitaire 2011 (publié le 27 janvier), l’Unicef décrit la situation critique des enfants et des femmes affectés par des catastrophes naturelles, des conflits, des crises nutritionnelles… aboutissant à des situations d’urgence. À travers ce rapport, c’est aussi un appel à la mobilisation de tous que lance l’Unicef pour trouver les financements nécessaires, pour répondre aux besoins immédiats et à plus long terme des populations les plus vulnérables.
En 2012, sur les 987 millions d’euros que l’Unicef demande, 291 millions seront destinés à la nutrition (ce qui représente 30% de l’appel), en augmentation de 47% par rapport à 2011. Les autres priorités étant l’eau et l’assainissement (20% de l’appel), l’éducation (14%) et la santé (13%).
En 2012, l’Unicef prévoit d’intervenir auprès de 97 millions de personnes dans les pays et territoires présentés dans le rapport.
Sur les 987 millions d’euros demandés, les appels les plus élevés sont :
Somalie : 222 millions
République démocratique du Congo : 110 millions
Soudan : 74 millions
Pakistan : 67 millions
Sud-Soudan : 47 millions