VERS UNE GÉNÉRATION SANS SIDA

– Plus de 850 000 enfants ont été sauvés du sida depuis 2004, mais une tendance alarmante apparaît chez les adolescents. Le rapport « vers une génération sans SIDA » publié fin novembre 2013 par l’UNICEF montre que le nombre de nouvelles infections parmi les adolescents augmente mais pourrait être divisé par deux d’ici 2020.
Une génération sans SIDA commence pendant les dix premières années de la vie.
Le rapport d’UNICEF montre que beaucoup d’efforts ont été faits afin d’éviter la transmission mère-enfant. En effet, 850 000 nouvelles infections chez les enfants ont été évitées entre 2005 et 2012 dans les pays à revenus bas ou moyens.
Télécharger le rapport : AIDS-free generation_full_report_29-11-2013 

– Ce rapport nous rappelle qu’une génération sans SIDA est une génération qui est née sans SIDA et qui le reste toute la vie. Michel Sidibe, le Directeur Général de l’UNAIDS souligne que cela veut dire un accès au traitement pour tous les enfants vivant avec le virus HIV et nous rappelle que la santé et le bien être des femmes devrait être au centre de la réponse au SIDA. (L’UNAIDS est un programme de l’ONU sur le SIDA qui unit les efforts de 11 organisations des Nations Unies, dont l’UNICEF, afin d’aboutir à une génération sans SIDA.)
Grace à un traitement antirétroviral simplifié utilisable toute la vie, il est devenu plus facile de traiter les femmes atteintes par le HIV et d’éviter la transmission du virus à leur bébé pendant la grossesse, l’accouchement et l’allaitement. Ce nouveau traitement comporte une seule pilule à prendre chaque jour. Ce traitement est fourni au niveau local, par l’UNICEF et conserve les mères en bonne santé. Les succès les plus remarquables ont été obtenus dans les pays d’Afrique les plus atteints par le HIV. En effet, les nouvelles infections chez les enfants ont diminué entre 2009 et 2012 de 76 pour cent au Ghana, 58 pour cent en Namibie, 55 pour cent au Zimbabwe, 52 pour cent au Malawi et Botswana et 50 pour cent en Zambie et en Ethiopie.
Le rapport met aussi l’accent sur le fait que, pour qu’une génération sans SIDA devienne une réalité, plus d’enfants doivent recevoir un traitement antirétroviral. En 2012, seulement 34 pour cent des enfants atteints par le HIV dans les pays à bas ou moyens revenus ont reçu ce traitement comparé à 64 pour cent pour les adultes. Le résultat est qu’on estime que 210 000 enfants sont morts de maladies liées au SIDA en 2012. 

– Lutter contre le HIV chez les adolescents (10 – 19 ans)
Cependant, le rapport sonne aussi l’alarme pour les adolescents tout en insistant sur la nécessité d’augmenter les efforts dans chaque pays touché pour répondre aux besoins de cette classe d’âge vulnérable au virus HIV. En effet, le nombre de morts dues au SIDA chez les enfants entre 10 et 19 ans a augmenté de 50 pour cent entre 2005 et 2012, passant de 71 000 à 110 000, en complet contraste avec les progrès effectués dans la prévention de la transmission mère enfant. Il y avait approximativement 2.1 millions d’adolescents vivant avec le HIV en
Grâce à un financement supplémentaire et une augmentation d’investissements dans l’innovation beaucoup de défis pourraient être relevés. En effet, le rapport montre qu’en augmentant l’investissement dans les interventions jusqu’à 5.5 milliards de dollars, 2 millions d’adolescents, particulièrement des filles, pourraient éviter l’infection d’ici 2020. Pour cela, il faut toucher les adolescents les plus vulnérables de façon urgente avec des programmes énergiques. Notons que les investissements étaient de 3.8 milliards de dollars en 2010.
Ces interventions incluent la distribution de préservatifs, le traitement antirétroviral, la circoncision médicale volontaire, et bien sûr la prévention de la transmission mère enfant. Il faut aussi améliorer la communication afin de changer les agissements à risques, et cibler les populations à risque ou marginalisées. De plus des investissements dans d’autres secteurs comme l’éducation, la protection sociale et la consolidation des systèmes de santé sont aussi nécessaires.
Il faut appliquer tout de suite les connaissances et les outils actuellement connus pour cibler les enfants et adolescents les plus vulnérables. Le monde a maintenant l’expérience et les moyens pour atteindre une génération sans SIDA. Anthony Lake, le Directeur Général d’UNICEF, souligne que les enfants doivent être les premiers à bénéficier de nos succès dans la lutte contre le HIV et les derniers à souffrir lorsque nous nous trompons.