« QUAND ON ÉDUQUE UNE FILLE, ON ÉDUQUE UN PAYS »

Telle a été la manière dont la Présidente de l’UNICEF France, Michèle Barzach s’exprimée sur France Info le 8 octobre, à l’occasion de la deuxième édition de la Journée Internationale des Filles.

« Jamais il n’y a eu autant de filles à l’école qu’aujourd’hui. Des progrès immenses ont été faits à travers le monde pour enrôler les filles à l’école primaire. Néanmoins, le travail en faveur de l’éducation des filles reste inachevé. Au total, sur les 57 millions d’enfants, en âge d’être scolarisés en primaire, qui ne vont pas à l’école dans le monde, 31 millions sont des filles.
Dans de nombreux pays, les filles n’ont toujours pas la possibilité d’aller à l’école ou d’achever leur éducation pour des raisons diverses : questions de sécurité, problèmes financiers, obstacles institutionnels et culturels, pression en faveur des mariages précoces, harcèlement et violences sexuelles en milieu scolaire comme en dehors du milieu scolaire, contraintes religieuses, vulnérabilité au SIDA.

L’éducation des filles est l’investissement le plus puissant pour le développement et l’avenir d’une nation.
Michèle Barzach évoque aussi longuement la Syrie. Face à l’aggravation de la situation dans la région et au nombre grandissant de réfugiés syriens, qui s’élève aujourd’hui à plus de 2 millions de personnes, dont la moitié sont des enfants, l’UNICEF intensifie ses programmes d’urgence en faveur des enfants syriens déplacés en Syrie et réfugiés dans les pays limitrophes en Jordanie, au Liban, en Turquie, en Irak et en Egypte.
Il s’agit d’une des plus grandes opérations humanitaires que l’UNICEF ait jamais connu. »

Retrouvez l’interview sur France Info