Finance et partage, un duo gagnant

G Sohy 2 (2)Le 1er juin 2015, Guillaume Sohy et Vincent Bourgeois ont fondé ECCO, un cabinet de conseil qui intervient auprès de sociétés cotées et non cotées. Son domaine ? L’offre d’une expertise en matière de consolidation et de contrôle de gestion. Les deux associés n’en sont pas moins donateurs au bénéfice de l’Unicef, mais également d’autres associations. « Un état d’esprit », affirment-ils. Preuve qu’expertise financière et esprit de partage peuvent faire bon  ménage. 

« Nous avons travaillé 8 ans ensemble au sein du cabinet Mazars, spécialisé dans les domaines de l’audit, de l’expertise comptable, de la fiscalité et du conseil aux entreprises. Nous sommes devenus amis et avons décidé de créer ensemble notre propre cabinet », témoignent Guillaume et Vincent. « Au départ, nous intervenions en sous-traitance de notre ancien employeur. Petit à petit, grâce au bouche-à-oreilles, nous avons pu constituer notre portefeuille de clients qui compte aujourd’hui une quinzaine d’entreprises. Leur siège se situe à Paris ou en région parisienne mais elles ont souvent des filiales dans le monde entier. »

D’ECCO à ISHANGO

Les deux associés interviennent auprès de leurs clients dans deux principaux cas de figure. « Le premier pour pallier un surcroît d’activité, par exemple quand une entreprise acquiert une nouvelle société et a besoin de renfort en matière de consolidation dans une période particulièrement chargée : la clôture des comptes semestriels ou annuels. Dans le second cas de figure, nous sommes aussi appelés pour des remplacements ponctuels de salariés absents, ce qui implique une véritable relation de confiance avec les sociétés qui nous accueillent. Nous intervenons ainsi dans le cadre de missions qui peuvent durer de deux semaines à deux ans. »

En septembre 2018, ECCO accueille un troisième expert et change de nom pour devenir Ishango. Le secret de ce changement a ses origines au Congo et remonte à plus de 20 000 ans ! « Ishango est une localité congolaise située près de l’Ouganda. On y a retrouvé ce qu’on appelle aujourd’hui « l’os d’Ishango ». L’os d’Ishango est la plus ancienne attestation de la pratique de l’arithmétique par l’humanité ! Un clin d’œil à notre activité basée sur les chiffres, nous nous rebaptisons Ishango mais notre métier, lui, ne change pas»

Besoin de donner du sens

Pour Guillaume Sohy et Vincent Bourgeois, partager les fruits de leur réussite relève de l’évidence. « Nous voulions être utiles en reversant à d’autres une partie de nos gains. C’est aujourd’hui le cas avec l’Unicef mais également avec Les apprentis d’Auteuil, une fondation qui vient en aide aux jeunes et aux familles les plus fragiles et avec Rêves, une association qui réalise les rêves d’enfants très malades. Trois causes centrées sur l’enfance et la jeunesse », réalisent-ils en les énumérant. « Peut-être parce que nous sommes chacun père de deux enfants ! D’une manière générale – et c’est vrai en particulier chez les jeunes – on ressent de plus en plus le besoin de donner du sens à ce que l’on fait. Partager aide à s’accomplir en tant qu’êtres humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>