FRANCE ARTS PARIS/UNICEF : illustration d’un partenariat

Germaine Bouret, illustratrice française née à Paris en 1907 et décédée en 1953 a passé une partie de sa vie à croquer des enfants avec humour et tendresse. Spécialisée dans le domaine des cartes et des gravures, elle a travaillé étroitement avec son frère jumeau, Marcel, auteur de l’intégralité des légendes de ses dessins. Ensemble, ils créent dès 1920 les personnages des Bouret’s. Bien leur en a pris : ces créatures pleines de charme et de malice leur ont assuré un succès international. En accord avec les ayants droits des auteurs, Stéphane Laffont-Réveilhac a souhaité leur donner une seconde vie à travers sa société, « France Arts Paris », devenue depuis entreprise amie de l’Unicef. Récit en mots et en images.

Bourut's 3 ok

« J’ai eu l’occasion de rencontrer par hasard le principal ayant droit de l’œuvre de Germaine et Marcel Bouret. Il m’a raconté leur histoire qui m’a tellement plu que j’ai eu envie de lui donner une suite. Voilà comment est née en 2013 ma société « France Arts Paris » qui commercialise entre autres, via un site Internet dédié, portraits, tableaux et cartes postales de la série des Bouret’s. Une façon de donner une seconde jeunesse à une œuvre résolument moderne qui véhicule des valeurs fondamentales telles que l’éthique, l’éducation, la solidarité et le bonheur des enfants», explique Stéphane Laffont-Réveilhac. « Germaine et son frère ont énormément produit. Le fonds documentaire qu’ils laissent est colossal ! Pour l’anecdote, Walt Disney qui admirait son talent a voulu la faire venir aux USA pour collaborer au sein de ses studios. Elle a refusé mais a tout de même travaillé pour lui en France, notamment pour plusieurs albums et livres-disques. À son décès, Disney a fait faire une minute de silence. Il estimait qu’elle était la plus grande dessinatrice du monde », rapporte-t-il.

Bourut's 6 okLe partenariat avec l’Unicef ? « Il m’a semblé naturel. Les enfants étaient le thème d’inspiration quasi exclusif de Germaine Bouret. À travers ses dessins, elle a fait passer sur le ton de l’humour beaucoup de messages à vocation éducative. Forts de leur succès, Germaine et Marcel Bouret ont par ailleurs beaucoup contribué à différentes œuvres caritatives dans les années 20-60 », commente Stéphane qui explore actuellement plusieurs pistes, dont un livre et un dessin animé pour faire revivre ce patrimoine français et partie de notre mémoire collective. « J’ai des contacts pour travailler sur un projet de dessin animé en partant du scan de ses œuvres. Par ailleurs, les Bouret’s ayant été créés en 1920, nous ne sommes qu’à deux ans du centenaire de leur naissance. Je souhaiterais faire réaliser en 2020 un bel album pour célébrer cet anniversaire. Et pourquoi pas, pour ce millésime, des cartes vœux Unicef représentant les enfants espiègles des Bouret’s ? » Affaire à suivre…

Bourut's 4 ok

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>