Daniel Lebidois, la jeunesse au cœur

Daniel Groupe

Un comité UNICEF comme celui de Paris Saint Denis vit et évolue en permanence. Des bénévoles y arrivent, d’autres en partent. Certains ne font qu’y passer, d’autres y restent, parfois longtemps. Daniel Lebidois appartient à cette dernière catégorie. Depuis sa participation en juillet 2008 à une réunion d’accueil des bénévoles, dix années se sont écoulées au cours desquelles il a occupé des responsabilités variées au sein du comité et fait œuvre de pionnier. Retour sur une décennie de bénévolat riche, généreuse et intense.

« S’occuper des enfants, c’est être tourné vers l’avenir », témoigne Daniel, dont la fibre de novateur ne peut être mise en doute : c’est après avoir cessé ses activités de consultant en management de l’innovation qu’il a mis son talent et ses compétences au service de l’Unicef. « À cette époque, j’ai approché plusieurs organisations auprès desquelles j’envisageais de m’engager. L’Unicef a eu ma préférence parce qu’il s’agit d’une organisation internationale au service de l’enfance, donc du futur de l’humanité.

En mars 2009, Annick Salters Présidente du comité de l’époque, m’a demandé de prendre en mains l’équipe « Ville amie des enfants », label lancé par l’UNICEF France et l’Association des Maires de France en 2002 pour récompenser les actions innovantes mises en œuvre par les collectivités locales en direction des enfants et des familles. Il s’agissait de motiver les équipes municipales autour de ces objectifs. Puis en 2010, j’ai été élu pour un an – durée du mandat de l’époque – secrétaire général du comité, mandat renouvelé en 2011, cette fois pour une durée de 3 ans. Une responsabilité très prenante, avec entre autres pas mal de problèmes d’intendance à résoudre ! »

Lancement en France des JA et des Campus

Responsabilité qui n’empêche pas Daniel de s’investir dans le pilotage du programme Jeunes Ambassadeurs lancé par Unicef France à l’imitation d’autres pays et dont Dominique Chevalier, précédente Présidente du comité, a assuré la mise sur orbite. But de l’opération « JA » devenue depuis florissante : permettre à des jeunes de 10 à 26 ans de s’engager au service de l ‘Unicef dans le cadre de leur collège, lycée, ville ou association. En 2011, Daniel franchit un cap supplémentaire en participant au lancement à Paris des Campus Unicef, cette fois destinés aux jeunes de l’enseignement supérieur. « J’ai été approché par des étudiants de Sciences Po qui avaient été Jeunes Ambassadeurs et qui avaient envie de poursuivre leur engagement. C’est ainsi que j’ai été en charge de l’implantation de ces Campus et des « antennes Unicef » étudiantes en région parisienne dont on compte aujourd’hui près d’une trentaine. Entre temps, j’avais abandonné le pilotage de JA mais conservé un rôle de « parrain », qu’on appelle aujourd’hui « accompagnateur ». Autant dire que les périodes de rentrée scolaire et universitaire étaient chargées ! »

Naissance d’un Pôle jeunesse

En 2015, Catherine Garnier, responsable des activités éducatives du comité manifeste l’intention de prendre du recul. Dominique Chevalier et Daniel travaillent alors à la création d’un « Pôle éducation et engagement » intégrant l’ensemble de la cible jeunesse du comité, des JA aux Campus, selon un périmètre identique à celui d’Unicef France. « Notre volonté était de faire tomber les barrières entre les bénévoles de l’équipe action éducative et ceux qui jouaient un rôle d’accompagnateurs. Pour ma part, je souhaitais que ces bénévoles se sentent appartenir à un pôle unique et qu’ils soient libres de s’investir à leur choix en milieu scolaire ou universitaire » expose Daniel. Une suite logique à un déjà très riche parcours mais pas une fin… « En parallèle, j’ai contribué à la mise en place de conseils municipaux d’enfants dans trois arrondissements parisiens, les 1er, 7ème et 9ème . Une autre façon de leur donner la parole au-delà du système scolaire », estime-t-il. « J’ai aussi fini par dissoudre l’équipe « Ville amie des enfants » car un plan d’actions lie maintenant l’Unicef et la ville de Paris. Y figurent des événements comme la Nuit de l’eau ou les célébrations de la journée internationale des droits de l’enfant dont l’organisation n’est plus du ressort de l’équipe initiale. »

Nouveauté et pérennité

Place des droits de l'enfant

Ce qui aura le plus marqué Daniel Lebidois dans ces années de bénévolat à quasi plein temps ? « Le travail en équipe, tout ce qui pouvait générer de la nouveauté et de l’innovation, la possibilité de construire un projet de zéro. Lancer les Campus était passionnant ! Je suis heureux en particulier d’avoir accompagné la création d’une trentaine d’antennes. Le comité Unicef de Paris a eu un réel impact sur l’engagement étudiant, c’est une vraie satisfaction. » Mais Daniel a un autre sujet de fierté tout aussi légitime, désormais inscrit dans la topographie de la capitale. « En 2009, j’ai suggéré la création d’une place des droits de l’enfant à Paris à l’occasion du 20ème anniversaire de la convention internationale des droits de l’enfant. Proposition acceptée. La place ainsi baptisée dans le 14ème a été inaugurée le 20 novembre 2009 en présence de Jacques Hintzy, alors président de l’UNICEF France, et d’Anne Hidalgo… future maire de Paris. » Quel plus beau symbole d’une décennie d’engagement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>