Les enfants soldats en Syrie et RCA

photo afp

La Journée internationale des enfants soldats, dédiée aux milliers de garçons et de filles enrôlés de force dans des groupes armés a été célébrée le 12 février 2014.
Dans le monde entier, des milliers de garçons et de filles sont recrutés dans des forces armées gouvernementales et dans des groupes rebelles comme combattants, cuisiniers, porteurs ou messagers. On les appelle communément « enfants soldats ». Ces enfants et adolescents, forcés à prendre part aux conflits, sont avant tout des victimes : ils sont exploités, violentés, abusés sexuellement, blessés et souvent même tués. Alors qu’ils sont privés de leurs droits et de leur enfance, ils subissent de plus les lourdes conséquences physiques et psychologiques de cet enrôlement.
UNICEF estime à 250 000 le nombre d’enfants soldats en activité dans le monde.
En 2007, plus de 100 pays ont endossé les Engagements et les Principes de Paris qui visent à lutter contre le recrutement ou l’utilisation illicite d’enfants par des groupes armés. L’UNICEF France a d’ailleurs fait de la libération et de la réinsertion des « enfants soldats » l’une de ses priorités.
Depuis 1998, plus de 100 000 enfants ont été ainsi libérés et réinsérés dans leurs communautés dans plus de 15 pays affectés par des conflits armés.
Actuellement, 2 pays sont sur le devant de la scène, pour les conflits armés qui apportent leur lot de destructions et les mauvais traitements infligés aux enfants, il s’agit de la République Centrafricaine et de la Syrie.

Les enfants soldats en République Centrafricaine
Depuis plusieurs années, l’UNICEF lutte pour la démobilisation des enfants soldats en République Centrafricaine. Leur protection est une priorité. C’est la raison pour laquelle les équipes de l’UNICEF sont mobilisées et mettent tout en œuvre pour libérer les enfants enrôlés. Ainsi, récemment 23 enfants soldats, âgés de 14 à 17 ans, ont été libérés à Bangui. Cette libération devrait être suivie par d’autres dans les mois à venir.
Mais, la libération d’enfants soldats est un processus long et sensible, pour les professionnels de l’UNICEF car tous les belligérants sont concernés.
« À Bangui et dans tout le pays, l’UNICEF travaille avec toutes les parties impliquées dans ce conflit, pour identifier ces enfants, les libérer, et leur permettre de retrouver leurs familles, explique Souleymane Diabaté, le représentant de l’UNICEF en RCA. Les négociations et la collaboration avec les autorités de transition sont encourageantes, et nous faisons au mieux pour permettre à ces enfants de retrouver leur enfance. »
Les 23 enfants libérés, qui comptent parmi eux 6 filles, ont été pris en charge dans un centre de transit, d’orientation et d’assistance soutenu par l’UNICEF. Parallèlement, les humanitaires font un travail méticuleux d’identification des familles pour préparer leur réintégration dans leurs communautés et le retour de ces enfants à une vie normale.

Les enfants soldats en Syrie
Parmi les 2,48 millions de réfugiés syriens en Jordanie, Liban, Turquie, Irak et Egypte, 1,2 millions sont des d’enfants. Et à l’intérieur du pays, sur 9,3 millions d’habitants affectés, ce sont 4,3 millions d’enfants qui sont touchés par le conflit. C’est la réalité de cette guerre.
En juillet 2012, Mme Leila Zerrougui a été nommée sous-secrétaire générale, Représentante Spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies pour les enfants et les conflits armés. D’après elle, parmi les combattants rebelles syriens, on trouve des enfants de 15 à 16 ans, parfois moins. Ces enfants se retrouvent au cœur d’un conflit où ils perdent leur avenir et peut être aussi leur vie. Pourtant, toujours selon Leila Zerroughi, en Syrie, les groupes armés ne forcent pas les enfants à les rejoindre par la violence comme cela se voit dans certains pays. Mais il existe une pression psychologique et sociale qui induit une adhésion souvent inconsciente des enfants. Ils peuvent être manipulés, ou penser que c’est leur devoir de combattre pour défendre leur communauté, ou suivre l’exemple de membres de leur famille au sens large.
Certaines familles fuient la Syrie pour protéger leurs enfants de ces pressions. Depuis quelque temps, on constate l’arrivée de groupes armés autres que l’armée Syrienne libre qui tentent aussi de recruter des enfants. Aucun de ces groupes armés n’interdit explicitement le recrutement d’enfants. Des enfants ont été arrêtés, enlevés, torturés, mutilés, abusés sexuellement, et recrutés comme enfants soldats. Ils sont utilisés comme informateurs, espions, passeurs de matériel… La Syrie a pourtant ratifié la CIDE. Il existe donc un cadre international légal qui permet de faire savoir à ceux qui recrutent des enfants qu’il y a un risque pour eux. 
L’ UNICEF a rejoint le Secrétaire Général de l’ONU pour un appel à la cessation immédiate des souffrances infligées aux enfants et aux populations civiles.

AIDEZ PAR VOS DONS TOUS CES ENFANTS A VIVRE UNE VIE D’ENFANT !
Don Centrafrique
 Don Syrie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>