Deux ans de conflit en Syrie, les enfants en danger

Violence, déplacements massifs de population, dégâts causés aux infrastructures et services essentiels : une génération entière d’enfants risque d’être marquée à vie par le conflit en Syrie, selon le dernier rapport de l’UNICEF publié le 12 mars 2013, deux ans tout juste après le début des hostilités.
« Alors qu’en Syrie même et dans la région, des millions d’enfants voient leur passé et leur avenir disparaître sous leurs yeux, dans les décombres et la destruction d’un conflit prolongé, le risque s’accroît chaque jour d’en faire une génération perdue », confirme le directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake.
Une situation alarmante

Dès le 4 février 2013, UNICEF annonçait une opération à grande échelle de distribution de produits pour assainir l’eau pour 10 millions de personnes en Syrie, c’est-à-dire pour environ la moitié de la population. Les quatre premiers camions apportant 80 tonnes d’hypochlorite de sodium ont franchi la frontière entre la Jordanie et la Syrie en début du mois de février en direction de Homs, Alep, Hama et Idleb. A terme, UNICEF compte livrer 1000 tonnes de dérivés du chlore dans les villes des 14 provinces de Syrie.
Grâce à ces efforts, 4 millions de personnes ont maintenant accès à de l’eau potable en Syrie, et des unités sanitaires mobiles ont aidé à vacciner jusqu’à 1,5 millions d’enfants contre la rougeole et la polio.
Mais cette opération est arrivée  dans un contexte d’inquiétude grandissante sur l’impact de 23 mois de conflit sur les stations de pompage de l’eau et d’autres infrastructures vitales et les implications sur la santé des enfants. Les rapports font état du fait que l’accès à l’eau a diminué de deux tiers dans les zones où les combats sont les plus acharnés, avec pour résultats des pathologies dermatologiques et respiratoires de plus en plus nombreuses. Une école sur cinq est détruite ou endommagée ou sert d’abri aux familles déplacées. Les hôpitaux et cliniques ne sont plus que ruines et leur personnel qualifié s’est enfui. d’une dégradation importante dans la qualité et la quantité d’eau fournie dans différentes parties du pays, quelquefois très importante.
En Jordanie, au Liban, en Irak et en Turquie, l’UNICEF aide plus de 300 000 enfants réfugiés en leur procurant de l’eau salubre, un assainissement adéquat, une éducation et des soins dispensés par des spécialistes. Tout en les protégeant contre l’exploitation et la maltraitance. Mais ces efforts sont menacés par une très grave pénurie de fonds. Seulement 20% des fonds ont été recueillis suite à l’appel de l’UNICEF en décembre pour récolter 144 millions d’euros.
L’UNICEF propose ce témoignage vidéo exceptionnel d’enfants syriens réfugiés au Liban. Contrits de fuir la violence des combats, ils vivent désormais dans le plus grand dénuement et le froid d’un hiver glacial. Urgence Syrie, je donne.
Image de prévisualisation YouTube


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>