Natixis Financement : la formation solidaire

photo1290_RAZAFINDRABE

Natixis est la banque internationale de financement, de gestion, d’assurance et de services financiers du Groupe BPCE, deuxième acteur bancaire en France. Au sein du pôle services financiers spécialisés de Natixis, Natixis Financement développe pour les réseaux bancaires Caisses d’Epargne et Banques Populaires des offres de crédit renouvelable et assure pour leur compte la gestion des prêts personnels.

Depuis septembre 2016, Natixis Financement, qui regroupe 600 salariés, a instauré un partenariat orignal avec l’Unicef, devenant l’une de ses ses « Entreprises Amies ». Armelle Razafindrabe, sa Responsable Formation, nous explique comment.

 Comme pour beaucoup d’entreprises, proposer à nos collaborateurs des formations de qualité est un enjeu important. Depuis 2014, la satisfaction de nos formations est devenue l’un de nos indicateurs clés. Après chaque session, nous adressons un courriel aux participants pour leur demander de remplir un questionnaire sur la formation qu’ils viennent de suivre. Un retour rapide est gage d’une appréciation au plus proche de ce qui a été vécu au cours de la formation et peut, le cas échéant, nous permettre d’en faire évoluer le contenu de façon pertinente.

Avec mon manager, nous avons cherché une solution pour augmenter le taux de réponse des évaluations des formations. Nous avons ainsi imaginé une opération simple : pour 1 évaluation remplie, 1 euro est reversé à l’Unicef. En intégrant ce geste solidaire à nos règles de bonne conduite en formation, nous avons réussi pour la première année du partenariat à reverser 1000 euros à l’Unicef. Cette somme correspondant à 1000 évaluations renseignées. Une vraie opération gagnant/gagnant. Aujourd’hui, une réflexion est en cours pour étendre la démarche à l’ensemble de Natixis. »

Daniel Lebidois, la jeunesse au cœur

Daniel Groupe

Un comité UNICEF comme celui de Paris Saint Denis vit et évolue en permanence. Des bénévoles y arrivent, d’autres en partent. Certains ne font qu’y passer, d’autres y restent, parfois longtemps. Daniel Lebidois appartient à cette dernière catégorie. Depuis sa participation en juillet 2008 à une réunion d’accueil des bénévoles, dix années se sont écoulées au cours desquelles il a occupé des responsabilités variées au sein du comité et fait œuvre de pionnier. Retour sur une décennie de bénévolat riche, généreuse et intense.

« S’occuper des enfants, c’est être tourné vers l’avenir », témoigne Daniel, dont la fibre de novateur ne peut être mise en doute : c’est après avoir cessé ses activités de consultant en management de l’innovation qu’il a mis son talent et ses compétences au service de l’Unicef. « À cette époque, j’ai approché plusieurs organisations auprès desquelles j’envisageais de m’engager. L’Unicef a eu ma préférence parce qu’il s’agit d’une organisation internationale au service de l’enfance, donc du futur de l’humanité.

En mars 2009, Annick Salters Présidente du comité de l’époque, m’a demandé de prendre en mains l’équipe « Ville amie des enfants », label lancé par l’UNICEF France et l’Association des Maires de France en 2002 pour récompenser les actions innovantes mises en œuvre par les collectivités locales en direction des enfants et des familles. Il s’agissait de motiver les équipes municipales autour de ces objectifs. Puis en 2010, j’ai été élu pour un an – durée du mandat de l’époque – secrétaire général du comité, mandat renouvelé en 2011, cette fois pour une durée de 3 ans. Une responsabilité très prenante, avec entre autres pas mal de problèmes d’intendance à résoudre ! »

Lancement en France des JA et des Campus

Responsabilité qui n’empêche pas Daniel de s’investir dans le pilotage du programme Jeunes Ambassadeurs lancé par Unicef France à l’imitation d’autres pays et dont Dominique Chevalier, précédente Présidente du comité, a assuré la mise sur orbite. But de l’opération « JA » devenue depuis florissante : permettre à des jeunes de 10 à 26 ans de s’engager au service de l ‘Unicef dans le cadre de leur collège, lycée, ville ou association. En 2011, Daniel franchit un cap supplémentaire en participant au lancement à Paris des Campus Unicef, cette fois destinés aux jeunes de l’enseignement supérieur. « J’ai été approché par des étudiants de Sciences Po qui avaient été Jeunes Ambassadeurs et qui avaient envie de poursuivre leur engagement. C’est ainsi que j’ai été en charge de l’implantation de ces Campus et des « antennes Unicef » étudiantes en région parisienne dont on compte aujourd’hui près d’une trentaine. Entre temps, j’avais abandonné le pilotage de JA mais conservé un rôle de « parrain », qu’on appelle aujourd’hui « accompagnateur ». Autant dire que les périodes de rentrée scolaire et universitaire étaient chargées ! »

Naissance d’un Pôle jeunesse

En 2015, Catherine Garnier, responsable des activités éducatives du comité manifeste l’intention de prendre du recul. Dominique Chevalier et Daniel travaillent alors à la création d’un « Pôle éducation et engagement » intégrant l’ensemble de la cible jeunesse du comité, des JA aux Campus, selon un périmètre identique à celui d’Unicef France. « Notre volonté était de faire tomber les barrières entre les bénévoles de l’équipe action éducative et ceux qui jouaient un rôle d’accompagnateurs. Pour ma part, je souhaitais que ces bénévoles se sentent appartenir à un pôle unique et qu’ils soient libres de s’investir à leur choix en milieu scolaire ou universitaire » expose Daniel. Une suite logique à un déjà très riche parcours mais pas une fin… « En parallèle, j’ai contribué à la mise en place de conseils municipaux d’enfants dans trois arrondissements parisiens, les 1er, 7ème et 9ème . Une autre façon de leur donner la parole au-delà du système scolaire », estime-t-il. « J’ai aussi fini par dissoudre l’équipe « Ville amie des enfants » car un plan d’actions lie maintenant l’Unicef et la ville de Paris. Y figurent des événements comme la Nuit de l’eau ou les célébrations de la journée internationale des droits de l’enfant dont l’organisation n’est plus du ressort de l’équipe initiale. »

Nouveauté et pérennité

Place des droits de l'enfant

Ce qui aura le plus marqué Daniel Lebidois dans ces années de bénévolat à quasi plein temps ? « Le travail en équipe, tout ce qui pouvait générer de la nouveauté et de l’innovation, la possibilité de construire un projet de zéro. Lancer les Campus était passionnant ! Je suis heureux en particulier d’avoir accompagné la création d’une trentaine d’antennes. Le comité Unicef de Paris a eu un réel impact sur l’engagement étudiant, c’est une vraie satisfaction. » Mais Daniel a un autre sujet de fierté tout aussi légitime, désormais inscrit dans la topographie de la capitale. « En 2009, j’ai suggéré la création d’une place des droits de l’enfant à Paris à l’occasion du 20ème anniversaire de la convention internationale des droits de l’enfant. Proposition acceptée. La place ainsi baptisée dans le 14ème a été inaugurée le 20 novembre 2009 en présence de Jacques Hintzy, alors président de l’UNICEF France, et d’Anne Hidalgo… future maire de Paris. » Quel plus beau symbole d’une décennie d’engagement ?

Rita Abou Khalil : une étudiante en « service civique » (*) au coeur des réseaux

Rita 3

À 24 ans, Rita, étudiante en master 1 de Relations Internationales en Sorbonne est déjà titulaire d’un diplôme de réalisatrice et licenciée en littérature anglaise. Arrivée en France titulaire d’un bac scientifique, cette jeune Libanaise confie que le cinéma lui a «ouvert l’esprit à la littérature ». Actuellement en « service civique (*)» au Comité Paris Saint Denis de l’Unicef, elle a créé et anime un compte Facebook « Antennes Unicef » réservé aux membres des 30 antennes regroupant les étudiants des facultés et des Campus Unicef de région parisienne. Fonctionnant en synergie avec le compte Facebook du Comité, il regroupe actuellement 80 jeunes… avec un très beau potentiel de développement ! Rita témoigne :

« Je suis en « service civique » pour l’Unicef Paris Saint Denis depuis le mois d’octobre 2017 pour une durée de 8 mois. Étant étudiante, il était naturel que j’aie envie de m’investir dans les antennes Unicef Campus, programme qui offre la possibilité à des jeunes suivant une filière d’enseignement supérieur de développer des actions et des projets sur l’éducation, la protection des enfants, l’égalité, la santé, l’environnement et le changement climatique… Toutes ces thématiques étant bien sûr portées par l’Unicef.

Comme les étudiants auxquels je m’adresse, j’appartiens à une génération familiarisée depuis l’enfance avec les outils numériques : ils sont pour nous un mode naturel de communication et de partage. D’où mon idée de créer un compte Facebook « Antennes Unicef » réservé exclusivement à ses membres étudiants : ainsi, tout ce qui est posté sur ce compte reste en parfaite cohérence avec les valeurs et les messages portés par l’Unicef, en complément du compte Facebook du Comité. Il a entre autres une vocation très pratique : permettre de recruter parmi les étudiants des volontaires pour des missions ponctuelles telles que la tenue d’un vestiaire… Mais il sert aussi à relayer des informations sur des événements s’adressant plus particulièrement aux jeunes organisés par l’Unicef France, à lancer des invitations à des conférences sur des thèmes d’actualité tels que « Les enfants Rohingyas«  ou « L’enfant soldat », à susciter échanges et débats… Tout cela crée une vraie dynamique ! Pourtant, le Facebook « Antennes Unicef » est encore tout jeune puisqu’il est né mi-décembre 2017 : il peut encore attirer beaucoup d’étudiants ! J’ai encore plein d’idées pour le développer d’ici la fin de mon service civique. Ensuite, à d’autres de prendre le relais ! »

A noter que la même démarche est actuellement en cours de démarrage pour les Jeunes Ambassadeurs lycéens de l’Unicef…

(*) Le Service Civique, un engagement volontaire

Le Service Civique est un engagement volontaire au service de l’intérêt général, ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans, sans condition de diplôme, étendu jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap. Il peut être effectué dans 9 grands domaines: culture et loisirs, développement international et action humanitaire, éducation pour tous, environnement, intervention d’urgence en cas de crise, mémoire et citoyenneté, santé, solidarité, sport.

Ranch Computing : quand un calculateur d’images de rêves veille au bien-être des enfants

     RANCH-Computing-Web-4696Ranch Computing est une ferme de rendus en images de synthèse qui a décidé de reverser à l’Unicef une partie de son chiffre d’affaires de décembre 2017. Fabienne Le Gall, sa Directrice marketing, nous explique le pourquoi de cette généreuse initiative.

« Notre activité est centrée sur le calcul d’images de synthèse au moyen de puissants serveurs informatiques. Avec 12 salariés, nous sommes aujourd’hui l’une des plus importantes fermes de rendus en images de synthèse du monde ! Nous travaillons avec des concepteurs de films d’animation, des créateurs d’effets spéciaux, mais aussi avec des cabinets d’architectes pour lesquels nous calculons les projets qu’ils ont modélisé en 3D et qui peuvent être des villes entières. Nos clients créent toute l’année des images qui font rêver petits et grands. En ce mois de décembre, veille de Noël, nous avions envie d’apporter du rêve et surtout du bien-être aux enfants qui en ont le plus besoin. Voilà pourquoi nous avons souhaité faire don à l’Unicef d’une partie de notre chiffre d’affaires de décembre 2017.

Pourquoi avons-nous choisi l’Unicef ? Parce qu’il s’agit d’un organisme international porteur d’une cause incontestable et qui fait sens auprès de tous nos clients. Les enfants sont une cause qui fédère les cœurs. »

PASàPAS-KFP : une fusion solidaire 

PASàPAS-KFP, entreprise de consultance informatique, est issue de la récente fusion de deux sociétés. Fusion qui, par le biais d’un challenge interne, a abouti à un don de 6000 € à l’Unicef. Guillaume Delrieu, Directeur des Ressources Humaines de PASàPAS-KFP raconte :

« Notre entreprise actuelle est issue de la fusion de deux PME intervenant dans le domaine de la consultance informatique, ce qui représente environ 300 personnes réparties dans des agences dispersées sur tout le territoire national : Paris et la région parisienne bien sûr mais aussi Lille, Nantes, Toulouse, Lyon… Nous cherchions un moyen pour que tous nos collaborateurs puissent se connaître et échanger. Nous avons commencé par organiser de petits challenges hebdomadaires sous forme de quizz auxquels participaient des équipes de 10 personnes de diverses zones géographiques et de différentes fonctions. La dernière étape en « live » a rassemblé 27 équipes et pour une épreuve de marche couronnée par un barbecue. Il s’agissait pour chaque équipe de se battre pour gagner… mais au service d’une cause lui tenant à cœur.

La direction de PASàPAS-KFP a choisi l’association « A chacun son Everest » qui aide les enfants atteints de cancer ou de leucémie à prendre confiance en eux grâce à des courses en montagne. Les trois équipes gagnantes de la « finale » ont quant à elles choisi de s’engager au service de SOS Préma, qui œuvre pour une meilleure prise en charge des enfants prématurés, Chrysalide qui accompagne les enfants atteints de handicap et bien sûr l’Unicef. Notre entreprise se porte bien et beaucoup de nos salariés ont conscience d’être privilégiés. Ils ont à cœur de rendre un peu de ce qu’ils reçoivent en étant utiles à de belles causes », conclut Guillaume Delrieu.

Pasàpas

Guillaume Delrieu remet à Corinne Mathiou, du Comité Unicef Paris Saint Denis, un chèque de 6000 € : avec ce don, PASàPAS-KFP rejoint les « Entreprises Amies de l’Unicef. »

Témoignage de Criteo, Entreprise Amie de l’Unicef : « Nous sommes tous concernés par l’avenir »

Pour soutenir l’action de l’Unicef, CRITEO vient de participer aux 20 kilomètres de Paris. Pourquoi cette société de marketing Internet a-t-elle choisi de s’engager auprès de l’Unicef ?

Alexandra Hayere, Events & Projects Manager de Criteo, témoigne : 

Criteo commence à développer sa stratégie RSE au travers de diverses actions concentrées autour de trois pôles notamment le développement de la technologie (notre cœur de métier), l’environnement et le développement durable (compensation et réduction de notre empreinte carbone, réduction de nos déchets, green IT) et enfin d’actions sociales impliquant nos salariés (mécénats de compétences ou appels à dons) en faveur de l’éducation, des personnels, de l’Égalité des genres, des populations en situation d’urgence… Il nous tenait à cœur d’apporter notre soutien aux pays luttant contre la famine, un projet de longue haleine, aux côtés de l’Unicef.

Criteo vient de participer aux 20 km de Paris pour soutenir l’action de l’Unicef sur la famine en Afrique. Pourquoi ce choix ?

Nous avons d’abord défini en amont les priorités des projets de l’Unicef. Il est important d’agir en collaboration avec l’association afin d’identifier ensemble les projets sur lesquels nous pouvons apporter une aide conséquente, qui auront un impact significatif. Nous apportons une attention toute particulière á à la visibilité que nous pouvons donner à l’Unicef en participant à ce type de course qu’est le 20km.

Nous sommes tous concernés par l’avenir, l’important étant de commencer sur de bonnes bases : l’enfance, l’éducation, la protection, l’inclusion sociale, sont des sujets qui nous concernent. Nous avons plus de 48 nationalités représentées au sein de Criteo et apporter notre soutien à l’Unicef nous permet d’agir pour que chaque enfant, dans chaque pays du monde, puisse commencer sa vie avec un maximum de chance de développement et d’épanouissement. Alors nous continuerons à courir !

Photo Anthony Chaumontel

Photo Anthony Chaumontel

Avis à tous les jeunes de l’UNICEF, la parole est à vous !

logo-uniday-baseline-rvbUNIDAY, c’est le nouveau rendez-vous annuel solidaire des enfants et des jeunes engagés à l’UNICEF France afin de valoriser leur engagement dans l’association. Cette grande journée festive, qui aura lieu le 31 mai, est aussi l’occasion de créer un moment de sensibilisation et d’animation autour des droits de l’enfant et de la participation citoyenne pour tous ceux qui souhaitent y participer.

Plus d’infos sur l’événement ici !

h

fountain-pen_318-33872Dans le cadre de cette journée, la parole est donnée aux jeunes en leur confiant la rédaction d’un article sur leur engagement dans l’association. Ces articles seront diffusés dans la presse, le Jour J d’UNIDAY, le mercredi 31 mai.

Alors si tu as envie de faire partager ton expérience chez UNICEF, que tu sois un Jeune Ambassadeur, un Etudiant Campus, un Volontaire en service civique ou encore un jeune bénévole, envoie-nous ton article avant le 20 mai à l’adresse suivante : communication.unicef75@gmail.com ! N’hésite pas également à nous contacter si tu souhaites plus d’informations sur le sujet (aide à la rédaction etc.).

Tous à vos plumes pour représenter les Jeunes du Comité Paris Saint-Denis lors de cette journée !

« My Unicef » dans le nouveau site internet « Le Monde des ados »

le-monde-des-adosLE MONDE DES ADOS, le magazine bimensuel des années collège édité par FLEURUS PRESSE, lance son nouveau site internet ! Cette plateforme web entièrement gratuite a pour vocation de se rapprocher des adolescents afin de les aider à mieux se connaître et à se construire, à vivre le mieux possible leur adolescence et à devenir des citoyens avertis. Les journalistes décrypteront l’actualité avec des reportages, des photos, des dossiers… à travers de nombreuses rubriques thématiques !

 «myUNICEF », c’est le nom de la rubrique dédiée spécialement aux ados engagés dans le projet myUNICEF ! Cette rubrique contient des reportages sur les différentes actions menées par les 10-15 ans en France mais également des interviews de membres de l’UNICEF traitant des thématiques d’actualité en lien avec les enfants.
mondeado2

mondeado3Retrouvez ici l’interview de Raphaëlle, collégienne du 20ème arrondissement de Paris, qui organise des collectes de fonds afin d’aider les enfants à se faire vacciner.

Retrouvez ici le portait de Matthéo, membre actif et jeune journaliste du Club UNICEF de son collège dans le Morbihan.

Enfin, retrouvez ici des interviews exclusives de Sébastien Lyon, directeur général de l’UNICEF France qui parle des droits de l’enfant et de la situation des jeunes en Syrie.

Bravo à eux pour leur bel engagement !

Lauren, des poupées Frimousses au Cambodge!

13936931_1803563963207236_651938908_nLauren Barland, jeune lycéenne de 15 ans, a passé deux semaines de stage en juin au sein du comité de Paris de l’UNICEF. Elle s’est beaucoup investie au sein du programme des Frimousses des écoles en participant aux ateliers, plaidoyers et animations périscolaires autour des droits des enfants et de leur identité.

carte identité + poupéeLauren est par la suite partie deux semaines dans une petite école au Cambodge avec l’association Evasoleil qui propose des colonies de vacances humanitaires aux 15-18 ans. Et elle nous a partagé sa formidable expérience!

« Je vous écris pour vous dire que je suis allée deux semaines au Cambodge en tant que volontaire dans une petite école rurale appelée Greenway School. Notre mission était d’enseigner aux enfants l’anglais – afin de leur offrir une ouverture sur le monde –  ainsi que les droits des enfants.

J’ai fait plein de jeux avec eux autour des droits de l’enfant. Une des volontaires avait eu l’idée d’emmener une poupée Frimousse faite par un enfant en France dans un centre de loisirs. Cette poupée, appelée Jordan Greenway (petit clin d’œil au nom de l’école), a apporté beaucoup de joie aux enfants. Elle avait également une carte d’identité, on a donc eu l’idée de faire un atelier avec les enfants où ils devaient, comme Jordan, faire leurs cartes d’identité. Les enfants ont adoré cet atelier, ils étaient tellement fiers de leurs cartes qu’ils les portaient autour du cou !

Les enfants ont également peint un arbre sur un des murs de l’école. lauren et arbre Ils ont utilisé les empreintes de leurs mains pour peindre les feuilles et ils ont écrit leurs droits dans les racines de l’arbre. Ils ont également réalisé leur propre arbre généalogique pour apprendre  le droit à la protection et à la famille tout en apprenant le vocabulaire de la famille en anglais.

 

Ils ont appris le droit à la santé avec des chansons, en apprenant à se laver les mains, et à se brosser les dents. Ils ont appris le droit à l’expression en dessinant, en jouant avec de la pâte à modeler, en peignant leur visage, en jouant de la musique, en dansant, en jouant au foot et au Frisbee.

arbre généalogiqueJe vous partage mon expérience car c’est aussi grâce à l’UNICEF que j’ai appris l’importance des droits des enfants et que j’ai pu trouver aussi facilement des idées d’ateliers. Je me suis beaucoup inspirée du programme « Poupées Frimousses » auquel j’ai participé pendant deux semaines. Je trouve également que la poupée Jordan était un lien magnifique entre les enfants français et les enfants cambodgiens. »

Félicitations à Lauren pour ce magnifique engagement auprès des enfants et merci à elle d’avoir partagé son expérience au Cambodge avec nous !

arbre ecole

Pour plus d’informations sur les colonies de vacances Evasoleil: http://www.colonie-evasoleil.com/