Golden Bees, l’emploi à portée de clic

CGolden Bees Fariha Shah UNICEFe n’est pas par hasard si Golden Bees s’est placée sous les auspices des abeilles, insecte industrieux par excellence. Créée en 2015, cette start up parisienne a pour objectif de contribuer à fluidifier le marché de  l’emploi en faisant se rencontrer GoldenBees_Logo_Inline_H200px_fondsclairsefficacement offres et demandes par le biais d’Internet. Ce n’est pas non plus par hasard si Golden Bees est une entreprise mécène de l’Unicef et a choisi de participer à ce titre au financement de son fonds de développement pour l’éducation et la santé. Utilité sociale et quête de sens, tels sont en effet les valeurs qui fédèrent son équipe fondatrice et ses collaborateurs. Fariha Shah, co-fondatrice et directrice générale de Golden Bees nous en dit plus. 

« Le digital a modifié en profondeur le marché du travail. C’est en partant de cette réalité que Golden Bees est née. Ce que nous proposons ? Une solution de ciblage sur Internet des candidats en recherche de poste ou non, pour permettre aux employeurs un recrutement plus efficace dans tous les secteurs d’activité. Un service adapté aux recrutements en ligne gagnant-gagnant : nous avons développé une solution permettant l’automatisation de la recherche du côté recruteur et du côté candidat. Les internautes-candidats reçoivent sur leur navigation web des offres d’emploi sous forme de publicité correspondant à leurs profils et intérêts professionnels et les recruteurs disposent d’un panel plus large de profils de candidats répondant au plus près à leur besoin. Dans ce sens, Golden Bees offre la possibilité aux internautes d’affiner leurs « recherches » avec un service dédié au candidat : www.wan2bee.com. Cela présuppose que les internautes demandeurs d’emploi aient fourni un certain nombre d’informations en ligne pour préciser le métier qu’ils ciblent, le type de contrat qu’ils visent (CDD, CDI, alternance…), la localisation géographique qu’ils souhaitent, etc. Ces données sont bien évidemment recueillies avec leur consentement. Nous souhaitons ainsi les aider à faciliter l’accès aux offres d’emplois, en les exposants régulièrement à des offres d’emplois disponibles en temps réel, tout en améliorant l’expérience candidat. En France, nous sommes les premiers à proposer ce type de solution qui commence à se développer dans le monde entier.

Golden Bees enregistre actuellement 8 millions de profils de candidats qualifiés mais ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Actuellement, nous proposons aux internautes environ 300 000 emplois chaque mois sur toute la France. Nous avons enregistré une croissance de plus de 300% en 2018, ce qui nous a valu l’obtention du Pass French Tech remis par Mounir Mahjoubi, secrétaire d’état chargé du numérique.

Equipe Golden 2Les fondateurs de Golden Bees ont envisagé la philanthropie-intégrée dès la création de leur entreprise Les initiatives de don et d’engagement pour des causes liées à l’éducation des enfants est intrinsèque aux les valeurs de Golden Bees. Notre objectif est d’améliorer le marché de l’emploi en facilitant la rencontre entre entreprise et candidats et d’apporter un impact sociétal fort. Notre vision nous mène au delà des frontières de notre marché commercial : notre engagement concerne la société française, mais également le secteur de l’emploi et le reste du monde.

D’où notre engagement auprès de l’Unicef et notre attachement à la cause que votre association défend qui contribue à réduire la pauvreté et les inégalités dans le monde en favorisant l’accès à l’éducation, et donc à l’emploi. Nous croyons que l’avenir des sociétés, dépend entièrement de la capacité des enfants d’aujourd’hui et des adultes de demain, à apprendre, s’adapter et faire prospérer le pays dans lequel ils vivent. La trentaine de nos jeunes collaborateurs (un peu moins de 30 ans de moyenne d’âge) partagent cette conviction. Je crois qu’ils apprécient de travailler dans une entreprise qui donnent du sens à leur action. »

Septodont, un groupe engagé

Jérôme_DarribèreAvec 1800 collaborateurs dans le monde dont 700 en France, Septodont est un groupe industriel pharmaceutique dont le siège est à Saint-Maur-des-Fossés dans le Val de Marne. Fondé en 1932, le groupe a une longue expérience dans le domaine de l’innovation, du développement et de la fabrication de produits destinés aux professionnels du monde dentaire. Mais Septodont est aussi engagé depuis des années au service des enfants du monde, en particulier aux côtés de l’Unicef par le biais de dons généreux. Jérôme Darribère, son Directeur général délégué, nous en dit plus.

« Notre groupe dispose de 7 sites de production : 3 en France et 4 à l’international au Canada, aux Etats-Unis, au Brésil et en Inde. Nous sommes en particulier leader mondial des anesthésiques dentaires locaux avec plus de la moitié du marché mondial. Nous sommes également très attachés à notre engagement en matière de responsabilité sociétale dont environnementale. Pour le concrétiser, nous avons défini 4 grands domaines : les femmes et les hommes collaborateurs de Septodont, l’environnement, l’éthique et la philanthropie.

En ce qui concerne le 4ème volet, nous agissons principalement selon deux axes : l’aide à l’accès aux soins dentaires et les actions au plus près de nos implantations physiques dans les domaines social, économique et culturel. Pour supporter nos projets nous avons créé la Fondation Septodont sous l’égide de la Fondation de France. Sur le premier axe, nous avons notamment organisé une expédition de prévention en matière de soins dentaires pour 400 enfants de Kerung, un village isolé du Népal à laquelle a participé un professeur belge de chirurgie dentaire. C’est une des forces de notre groupe de dimension internationale d’être en contact avec les spécialistes de chirurgie dentaire d’un grand nombre de pays.

Kerung au Népal où Septodont a organisé une expédition de prévention en matière de soins dentaires

Kerung au Népal où Septodont a organisé une expédition de prévention en matière de soins dentaires

Autre exemple d’action, cette fois sur le deuxième axe : en association avec Simplon, une entreprise de l’économie sociale et solidaire, nous avons créé à Saint Maur une école du numérique destinée aux personnes sans travail et sans formation pour favoriser leur retour à l’emploi dans les métiers du numérique en pleine expansion. Nous avons démarré en 2018 avec une première session de 14 élèves. La seconde en cours aujourd’hui rassemble 16 apprenants.

Avec l’Unicef, nous avons une longue tradition de partenariat. Au travers l’achat de carte de vœux, mais pas seulement : en 2013, en tant qu’entreprise mécène, nous avons par exemple pu contribuer à l’aide apportée par l’Unicef aux enfants touchés par un typhon survenu aux Philippines ; en 2014 nous avons pu soutenir l’Unicef dans la mise en place d’une quarantaine de centres en Guinée pour accueillir des enfants atteints par le virus Ebola. Depuis, nous continuons bien sûr à soutenir votre association.»

Sensation vous en donne « p’luche » !

 

DABS 2« P’luche » comme l’ourson… en peluche et en T-Shirt Unicef que « sensation ! », agence de communication événementielle amie de l’Unicef a eu l’occasion de promouvoir au cours d’une de ses opérations dont le titre de cet article reprend le malicieux slogan. Et « plus » (cette fois sans l’accent) parce que « sensation ! » conjugue organisation d’événements et démarche éco-responsable et plus globalement RSE (Responsabilité Sociale de l’Entreprise.) Avec son directeur, Dan-Antoine Blanc Shapira dit « DABS » et son équipe, la créativité se met au vert… et plus.

« J’ai créé mon agence en 1989, il y a donc 30 ans cette année. L’événementiel est un métier stressant mais passionnant et qui maintient jeune : en l’exerçant, on est sans cesse en train de se réinventer ! » témoigne « DABS ». Cet entrepreneur franco-américain a été sensibilisé très tôt à l’importance de la préservation de l’environnement. « J’ai été élevé en Californie où, déjà dans les années 1970, on se préoccupait de tri sélectif et de nourriture bio. Même si la prise en compte de ces enjeux a été bien plus tardive en France, j’ai voulu dès le début intégrer une dimension éco-responsable et, par la suite, RSE à mes activités d’organisateur d’événements. Avec les collaborateurs de mon agence, nous n’avons jamais manqué de clients mais il est vrai que dans les premiers temps, cet aspect de notre démarche les intéressait peu, voire pas du tout. Puis petit à petit, à partir des années 2000, les choses ont commencé à changer. Aujourd’hui, une partie de nos clients viennent à nous en raison de notre engagement environnemental, social et éthique et d’autres découvrent grâce à nous son intérêt en matière d’organisation d’événements.

Inventivité tous azimuts

Pour nous, cela implique de réfléchir à la façon d’exercer notre métier en tenant compte du budget, du planning, des objectifs et de la sécurité des événements qu’on nous charge d’organiser tout en nous montrant éco-responsables. Ce qui englobe une diversité de domaines : transports, gestion des déchets, recyclage des matériaux, choix des produits alimentaires… Concrètement, cela signifie réinventer chaque fois tous les postes budgétaires de A à Z ! Nous avons eu par exemple à organiser un congrès rassemblant sur 5 jours à Paris 650 personnes dont 80% venaient en voiture de la France entière. L’invitation à l’événement leur a été adressée assortie d’un ticket de métro. Tous les événements organisés pendant sa durée se déroulaient dans des lieux situés sur la même ligne de métro, donc 100% accessibles en transport en commun. Nous avions par ailleurs confié la partie restauration du congrès à un ESAT, Établissement et Service d’Aide par le Travail employant des travailleurs handicapés. La moquette utilisée dans l’enceinte du congrès était recyclable, ce qui en augmentait le prix car il fallait la nettoyer avant de pouvoir la réutiliser. Pour garder l’équilibre budgétaire, nous avons économisé sur le poste édition en privilégiant l’emploi de supports numériques. Nos clients adhèrent à notre démarche éco-responsable à condition qu’elle ne leur coûte pas plus cher. À nous de nous montrer inventifs ! 

Sensation ! emploie aujourd’hui 6 collaborateurs dont certains ont commencé dans l’agence comme stagiaires. Nous continuons à accueillir des jeunes dans le cadre du stage d’observation en entreprise que doivent effectuer des élèves de 3ème. Nous essayons de donner une chance à ceux qui ont du mal à trouver des places de stage car ils sont issus de banlieues réputées difficiles. Notre agence travaille aussi avec les « Compagnons bâtisseurs » qui recyclent des matériaux et en lien avec différentes associations… Notre contribution à la cause de l’Unicef s’inscrit dans cette logique de partage. »

L’engagement par la preuve

Dan-Antoine Blanc Shapira est co-fondateur du collectif éco-événement.org (rassemblant 7 associations professionnelles et leurs 700 entreprises membres) qui propose gratuitement en ligne des outils sensibilisation et de formation pour faire évoluer l’ensemble du métier des créateurs d’événement. Son agence « sensation ! » est par ailleurs titulaire du label PrestaDD conçu pour mettre « du durable dans l’éphémère » en permettant aux entreprises du spectacle de valoriser leurs actions écologiquement responsables. Signataire de la charte de la diversité, elle adhère également aux exigences de la norme ISO 26 000 qui définit lignes directrices et critères en matière de responsabilité sociétale.

Un grand merci aux Comités d’entreprises de Paris et de Seine Saint Denis…

… qui comme chaque année ont accueilli ou vont accueillir à l’occasion des fêtes nos ventes Unicef et qui se souviennent que les cadeaux achetés à cette occasion peuvent sauver des vies !

Ventes CE SG

Sans être exhaustifs – et pardon ceux que nous ne citons pas pour éviter un inventaire à la Prévert – merci aux CE du CIC, d’UBS, de la Caisse des dépôts, de la MACIF, de la Société Générale, de Natixis, de SAIES FORCE, d’Axa, de DIOR et de Critéo, sans oublier le siège de l’Unicef en ce qui concerne Paris et pour la Seine Saint Denis de Bosch à Drancy, de l’Oréal à Saint Ouen, de la BNP à Pantin ou de Veolia à Aubervilliers !

Au total, pas moins de 20 ventes réalisées, CE et en entreprises hors CE. A noter que Campus et les Jeunes Ambassadeurs ont eux aussi réalisé dans la même période une douzaine de ventes dans leurs lycée ou université.

Encore un grand merci à tous !

HPE – Unicef : une rencontre multi-sites

HPE 4 +Hewlett Packard Entreprise (HPE) avait fixé au 16 novembre dernier son « Global Day of Service », autrement dit sa journée annuelle de solidarité. Grâce à trois de ses bénévoles salariées de HPE France, Chanese, Nadège et Allison, l’Unicef a eu l’opportunité d’y présenter ses valeurs et ses actions aux collaborateurs des 3 principales implantations de l’entreprise sur le territoire national : Boulogne, Les Ulis et Grenoble. À l’invitation de Gilles Thiebault, PDG de HPE France, Dominique Chevalier, vice-présidente de l’Unicef France, est ainsi intervenue devant les collaborateurs de Boulogne – intervention retransmise en vidéo à Grenoble et aux Ulis.  

Dominique Chevalier a enchaîné en rappelant la couverture mondiale de l’Unicef présente dans 190 pays et territoires pour sauver, protéger et éduquer les enfants. 88% de ses 10 000 employés sont ainsi sur le terrain pour intervenir aussi bien dans les domaines de la santé ou de l’éducation (campagne de vaccinations, lutte contre la mortalité infantile, aide à l’accès à l’eau potable, scolarisation …) que dans le cadre d’urgences humanitaires. « Malgré les réels progrès accomplis au cours des 25 dernières années, du chemin reste encore à parcourir », a-t-elle souligné, rappelant notamment que « 5000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque jour de causes évitables (faute  de vaccins ou d’accès à l’eau potable) et que 230 millions vivent dans des pays touchés par un conflit armé. » D’où l’importance de l’engagement des entreprises comme des particuliers pour soutenir son action. Les questions de la salle ont été si nombreuses que le temps a manqué à Dominique Chevalier pour répondre à toutes. Etape suivante : un partenariat entre HPE France et Unicef France ? Affaire à suivre…

 

BlaBlaCar – Unicef : une affaire qui roule !

BBCar 3Nous avons déjà eu l’occasion de parler de Cherry, jeune société amie de l’Unicef qui, via une plate-forme, propose notamment aux familles l’organisation d’anniversaires solidaires pour sensibiliser les enfants à une cause humanitaire et aux entreprises de rassembler leurs collaborateurs et leurs enfants autour d’événements tels des arbres de Noël. En collaboration avec le Comité Unicef de Paris Saint Denis, l’offre « Poupées frimousses » a été intégrée à la plate-forme Cherry. Première concrétisation le 5 décembre dernier dans les locaux parisiens de BalblaCar, à l’occasion des fêtes de Noël. Les enfants ont adoré !

BBCar 1Comme Cherry, BlaBlaCar, jeune entreprise fondée et présidée par Frédéric Mazzella, est dans l’air du temps. Avec 330 collaborateurs dont 220 à Paris, elle se propose de « réinventer le voyage » grâce au co-voiturage, à la fois synonyme de convivialité et d’économies. Rien d’étonnant à ce que cette société adepte du « mieux vivre ensemble » ait organisé pour ses propres collaborateurs et leurs enfants une fête de Noël où la solidarité n’a pas été oubliée. « C’est le sens de la participation de l’Unicef à cette après-midi festive », souligne Perrine Labesse, responsable des ressources humaines de BlaBlaCar. La moyenne d’âge des collaborateurs de la société, 31 ans, explique que pas moins d’une cinquantaine d’enfants de 0 à 14 ans aient participé avec leurs parents aux festivités dans l’enthousiasme et la bonne humeur. Au programme parmi d’autres attractions, les Frimousses ont connu un grand succès, grâce aux bénévoles du Comité qui ont aidé les enfants à confectionner des poupées pleines de fantaisie et d’inventivité. Qu’elles en soient remerciées !

Un grand merci également à Emmanuelle Opezzo et Matthieu Chéreau, les co-fondateurs de Cherry, sans qui cette jolie opération n’aurait pas été possible.

Jean Cadroy (à gauche) avec Emmanuelle Opezzo et Matthieu Chéreau

Jean Cadroy (à gauche) avec Emmanuelle Opezzo et Matthieu Chéreau

 

Agenda Diagnostics s’engage pour les enfants du monde

Agenda Diagnostics qui franchise un réseau de 150 diagnostiqueurs immobiliers sur l’ensemble du territoire national (métropole ainsi que Guadeloupe, Guyane et Réunion) est aussi depuis 3 ans une Entreprise Amie de l’Unicef. Stéphane Prouzeau, son Président, nous présente sa société et nous explique pourquoi il a souhaité qu’elle s’engage pour la cause des enfants.

S Prouzeau et A Ricordel

 Stéphane Prouzeau (à gauche) et Alain Ricordel, référent national Unicef Entreprises 

 » Comme un être vivant, un bâtiment peut présenter des pathologies : amiante, termites…  Le diagnostic immobilier vise à les détecter mais également à établir le bilan des performances énergétiques d’un bien. Il couvre trois grands domaines : les  ventes, les locations et les travaux sur le bâti. Nous établissons des diagnostics de biens publics et privés, individuels et en copropriété.

Agenda Diagnostics franchise une image de marque liée à un triple savoir-faire : technique, juridique et commercial. Nous assurons un suivi de la réglementation ainsi que les échanges avec les pouvoirs publics et les professionnels de l’immobilier.

La société a été fondée en 1996 et je l’ai rachetée en 2002. Depuis longtemps, avec quelques franchisés du réseau, je souhaitais mobiliser le réseau des chefs d’entreprises indépendants qui la constitue autour d’une cause partagée. En 2014, ma rencontre avec Alain Ricordel, alors responsable des relations avec les entreprises au Comité Unicef de Paris, a été un déclencheur. Dès l’année qui a suivi notre rencontre, Agenda France est devenue entreprise amie de l’Unicef ! L’enfance est en effet une cause fédératrice par excellence autour de laquelle toutes les sensibilités peuvent se retrouver. Sur 150 franchisés que compte notre société, 15 sont déjà devenus donateurs à l’Unicef, soit 10% de notre réseau (*). Grâce à Alain qui a fait le tour de France de nos réunions régionales, ils sont informés de l’avancement du programme sur lequel nous nous sommes engagés, « Wash in Mali » qui vise notamment à améliorer l’accès à l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène pour 50 écoles au Mali. Un choix cohérent avec nos activités puisque nous établissons des diagnostics en matière d’assainissement…

Et bien entendu, le nombre de nos franchisés donateurs à l’Unicef va s’accroître en 2019…  »

Au nom de l’UNICEF, un grand merci Agenda Diagnostics pour son soutien en 2018 ! 

Photo eau mali

« Grâce à votre engagement solidaire, vous avez pu financer la construction d’équipements d’eau potable avec assainissement et latrines séparées filles-garçons, pour le respect des règles d’hygiène dans 2 écoles du Mali !

Ce sont ainsi plusieurs centaines d’enfants et particulièrement de petites filles qui ont pu prendre ou retrouver le chemin de l’école. Ce sont ainsi autant de futurs adultes qui auront la possibilité d’acquérir les connaissances leur permettant d’espérer une vie meilleure.

MERCI du fond du cœur pour votre générosité Très bonnes fêtes de fin d’année à tous, avec toute ma sympathie. »

Alain RICORDEL, bénévole Unicef, Référent National pour Agenda Diagnostics

 

 

La Compagnie à bulles s’investit dans les droits de l’enfant

« Les droits de l’enfant, c’est l’affaire de tous ! », tel était le fil directeur de la soirée du 19 et de la matinée du 20 novembre organisées par l’association théâtrale de Laurence Cohen, « La compagnie à bulles » dans le 13ème arrondissement. Le Comité Unicef Paris avait bien sûr répondu présent. 

Cie à bulles

C’est l’association sociale et culturelle « Le Totem » qui a servi de cadre à ces événements. Rassemblant différents partenaires des mondes associatif, artistique et institutionnel, l’objectif affiché de Laurence Cohen était de « Faire connaissance, unir les énergies et tisser des liens » en vue de la célébration en 2019 des 30 ans de la CIDE autour du thème : « L’aventure d’une vie, du premier cri au dernier souffle ».

A sa demande, c’est Brigitte Monsou, Présidente du Comité de Paris, qui a introduit au nom de l’Unicef la soirée du 19 novembre. Sont intervenus à ses côtés Sofien Sahraoui, en service civique au Comité et Mouna Abdelhedi, Accompagnatrice de Jeunes Ambassadeurs, qui ont illustré de façon concrète l’engagement des jeunes auprès de l’Unicef.

La matinée interactive du 20 novembre était centrée sur le public scolaire, du cours préparatoire aux jeunes étudiants. Des élèves de l’école d’arts appliquée Estienne ont notamment présenté 3 projets dans l’optique de la célébration de 2019. Pour l’Unicef, Sophie Cardaliaguet du Comité Paris a présenté les actions éducatives menées dans les classes.

En deux manifestations, une belle illustration des énergies rassemblées autour des droits de l’enfant.

 

Les cours Socrate et Clapeyron exposent à la mairie du 9ème

Les écoles Cours SocrateClapeyron 17 nov 1 et Clapeyron avec leurs enseignants et Directeurs Messieurs Epelbaum et Khay At ont organisé une exposition des travaux de leurs élèves à la Mairie du 9ème le samedi 17 novembre.

 

Le salon Aguado situé dans la cour de la Mairie du 9ème est un lieu particulièrement adapté pour mettre en valeur des œuvres textiles et des peintures comme celles réalisées par les élèves talentueux des Cours Socrate et Clapeyron.

Les parents, venus nombreux, ont profité de leur visite à l’exposition pour faire des dons généreux au Comité Paris pour l’UNICEF. L’ambiance était très chaleureuse et nos bénévoles ont beaucoup apprécié cet événement. 

Nous tenons à saluer le succès de cette exposition et remercier les élèves pour leur investissement ainsi que leurs parents. Une nouvelle fois nous avons pu compter sur l’engagement et la mobilisation fidèles des équipes des Cours Socrate et Clapeyron Entreprises Amies de l’UNICEF depuis 8 ans.

Les transmissions de patrimoine : plus simple que ce que vous pensez, plus importante que ce que vous imaginez

Le 13 septembre célèbre une forme de générosité peu connue et pourtant primordiale pour l’UNICEF : les legs.

Saviez-vous que votre patrimoine, même modeste, peut sauver de nombreuses vies d’enfants? Généreux et parfois avantageux fiscalement, un legs à l’UNICEF est un moyen efficace pour aider les enfants du monde entier tout en optimisant sa succession. En effet, en tant qu’association reconnue d’utilité publique, l’UNICEF France est exonérée de tout droit de succession. Ainsi 100% des fonds qui lui sont légués participent au financement de ses missions en faveur des enfants, et notamment à des actions telles que les campagnes d’éducation et de vaccination.

Pour léguer tout ou partie de son patrimoine à l’UNICEF, c’est en réalité très simple : il suffit de rédiger un testament pour faire part de ses volontés, si besoin avec l’aide d’un notaire. En l’absence d’écrit et d’héritier, ce sera l’Etat qui sera bénéficiaire de l’intégralité de votre patrimoine. Renseignez-vous en amont afin de choisir sereinement la solution qui vous convient. Préparer votre succession facilite les démarches de vos proches dans un moment toujours difficile et vous garantit le respect de vos dernières volontés.

Allier gestion de patrimoine et générosité, c’est possible… N’hésitez pas à lire notre Guide sur les transmissions de patrimoine et demander conseil. Pour en savoir plus, cliquez sur le lien suivant : Legs Unicef 

FRANCE ARTS PARIS/UNICEF : illustration d’un partenariat

Germaine Bouret, illustratrice française née à Paris en 1907 et décédée en 1953 a passé une partie de sa vie à croquer des enfants avec humour et tendresse. Spécialisée dans le domaine des cartes et des gravures, elle a travaillé étroitement avec son frère jumeau, Marcel, auteur de l’intégralité des légendes de ses dessins. Ensemble, ils créent dès 1920 les personnages des Bouret’s. Bien leur en a pris : ces créatures pleines de charme et de malice leur ont assuré un succès international. En accord avec les ayants droits des auteurs, Stéphane Laffont-Réveilhac a souhaité leur donner une seconde vie à travers sa société, « France Arts Paris », devenue depuis entreprise amie de l’Unicef. Récit en mots et en images.

Bourut's 3 ok

« J’ai eu l’occasion de rencontrer par hasard le principal ayant droit de l’œuvre de Germaine et Marcel Bouret. Il m’a raconté leur histoire qui m’a tellement plu que j’ai eu envie de lui donner une suite. Voilà comment est née en 2013 ma société « France Arts Paris » qui commercialise entre autres, via un site Internet dédié, portraits, tableaux et cartes postales de la série des Bouret’s. Une façon de donner une seconde jeunesse à une œuvre résolument moderne qui véhicule des valeurs fondamentales telles que l’éthique, l’éducation, la solidarité et le bonheur des enfants», explique Stéphane Laffont-Réveilhac. « Germaine et son frère ont énormément produit. Le fonds documentaire qu’ils laissent est colossal ! Pour l’anecdote, Walt Disney qui admirait son talent a voulu la faire venir aux USA pour collaborer au sein de ses studios. Elle a refusé mais a tout de même travaillé pour lui en France, notamment pour plusieurs albums et livres-disques. À son décès, Disney a fait faire une minute de silence. Il estimait qu’elle était la plus grande dessinatrice du monde », rapporte-t-il.

Bourut's 6 okLe partenariat avec l’Unicef ? « Il m’a semblé naturel. Les enfants étaient le thème d’inspiration quasi exclusif de Germaine Bouret. À travers ses dessins, elle a fait passer sur le ton de l’humour beaucoup de messages à vocation éducative. Forts de leur succès, Germaine et Marcel Bouret ont par ailleurs beaucoup contribué à différentes œuvres caritatives dans les années 20-60 », commente Stéphane qui explore actuellement plusieurs pistes, dont un livre et un dessin animé pour faire revivre ce patrimoine français et partie de notre mémoire collective. « J’ai des contacts pour travailler sur un projet de dessin animé en partant du scan de ses œuvres. Par ailleurs, les Bouret’s ayant été créés en 1920, nous ne sommes qu’à deux ans du centenaire de leur naissance. Je souhaiterais faire réaliser en 2020 un bel album pour célébrer cet anniversaire. Et pourquoi pas, pour ce millésime, des cartes vœux Unicef représentant les enfants espiègles des Bouret’s ? » Affaire à suivre…

Bourut's 4 ok

 

CHERRY : redonner du sens aux anniversaires

Eveiller les fêtes d’anniversaire pour enfants et leur redonner du sens, telle est l’ambition de CHEERY, jeune société déjà entreprise amie de l’Unicef. Emmanuelle Opezzo, sa co-fondatrice, nous explique pourquoi et comment. 

Emmanuelle Opezzo Cherry

« Bien que l’offre des anniversaires pour les enfants soit abondante, le contenu de cette offre est souvent appauvri, avec au programme divertissement et excitation des enfants. Avec Cheery, nous souhaitons redonner du sens aux anniversaires en garantissant la simplicité et la qualité d’un temps ludique d’éveil ainsi que la transmission des valeurs de joie, de coopération et de partage.

Cheery est une plate-forme de mise en relation directe entre les familles et des animateurs bienveillants qui disposent d’un talent à transmettre. Les animateurs qui sont formés par nos soins proposent également la cérémonie d’anniversaire Montessori afin de reconnecter les enfants à la signification profonde d’un anniversaire et de redécouvrir le chemin parcouru depuis la naissance.

Les Poupées Frimousses pour des anniversaires solidaires

L’idée des anniversaires solidaires, c’est la cerise sur le gâteau de la mission de Cheery: sensibiliser les enfants à une cause humanitaire, proposer un atelier manuel, lever des fonds pour une ONG, le tout dans une ambiance joyeuse et festive… La boucle est bouclée!

De là est née l’idée d’un partenariat avec l’Unicef qui se matérialise par l’intégration à notre plate-forme de l’offre anniversaire Poupées Frimousses. A l’occasion de cet anniversaire, chaque enfant confectionne une poupée « Frimousse » crée son identité et son histoire, avec l’aide des bénévoles de l’Unicef. Une opportunité de sensibiliser les enfants au sort de ceux qui sont moins favorisés qu’eux dans le monde. La totalité du prix de l’anniversaire est reversée à l’Unicef, déduction faite de la commission de Cheery.

Respect et bienveillance au cœur de la démarche

Les animateurs présents sur la plate-forme Cheery s’engagent à animer les anniversaires de façon bienveillante, en adhérant à notre charte. Cela offre aux familles la garantie d’un temps de joie et de bonne humeur. Nous tenons à ce que les familles comme les animateurs adhèrent à notre système de valeurs.

Les événements aux entreprises

Nous proposons aussi aux entreprises la possibilité de rassembler leurs collaborateurs et leurs enfants à l’occasion d’événements responsables en Family days, arbres de Noël ou anniversaire de la société. C’est l’occasion pour elles de contribuer à la fois à la cohésion des équipes mais aussi aux causes de l’Unicef. »

Offrir un cadeau à la maîtresse et faire un geste en faveur de l’Unicef

Olivier-Guedj 3Chaque année à la même époque les parents remercient les enseignants d’avoir pris soin de leurs enfants pendant l’année scolaire écoulée. Et chaque année, la même question : « Qu’offrir à la maîtresse ?) »

Olivier Guedj, fondateur de Macartecadeau.com depuis 2012, site de vente en ligne de cartes cadeaux utilisables dans une centaine d’enseignes (dans les domaines de la gastronomie, la mode, le bien-être, la puériculture, etc.), a eu l’idée de créer une carte cadeau exprès pour cette occasion.« Nous avons découvert contre toute attente qu’il y avait un autre pic d’activité (3 fois plus de vente) en dehors des traditionnelles fêtes de fin d’année, de la fête des mères et des pères : celui de la fin d’année scolaire où le moment était venu de se cotiser pour remercier les maîtres et maîtresses ».

La fêtedesinstits.com est ainsi née : plus besoin de courir les boutiques ni de perdre du temps dans l’organisation. Le site permet de s’occuper du cadeau en 3 étapes : collecter de l’argent (via le site Leetchi), transformer la somme collectée en carte cadeau, personnaliser la carte avec une carte UNICEF.

flyer-fetedesinstits

Lier l’événement à l’Unicef allait de soi pour Olivier Guedj : « Dans la mesure où c’est pour l’éducation de nos enfants que l’on fait un cadeau à la maîtresse ou au maître, nous trouvions que cela faisait sens de faire cette action vertueuse et de permettre une rétribution pour l’UNICEF qui œuvre au quotidien pour améliorer le sort des enfants défavorisés. »

MaCarteCadeau.com est ainsi devenue une entreprise amie de l’Unicef. Olivier Guedj s’est même engagé à reverser une partie de son chiffre d’affaires du mois de juin à l’association.

Plus d’infos sur :

https://www.ma-carte-cadeau.com/e-carte-cadeau-fete-des-instits.html

Atlas Unicef : un outil pour aider les entreprises à évaluer leur impact sur les enfants

L’UNICEF et le Global Child Forum viennent de présenter l’Atlas des droits des enfants et des entreprises, un outil numérique qui permet aux entreprises d’identifier Atlasl’impact (et d’explorer les opportunités) de leurs pratiques sur la vie des enfants dans le monde.

« Les enfants, en tant que futurs dirigeants, clients, investisseurs et employés, sont l’avenir des entreprises » déclare Mme Fatoumata Ndiaye, directrice exécutive adjointe de l’UNICEF. « Avec le Global Child Forum, nous appelons toutes les entreprises à respecter les droits des enfants et à trouver des solutions où tous sont gagnants ».

L’outil est conçu pour aider à transformer cette interaction et aider les entreprises, les investisseurs et les industries à comprendre comment leurs actions peuvent avoir des conséquences sur les droits des enfants dans le monde.

Il permet aux entreprises d’aller au-delà de la problématique du travail des enfants, qui est la forme de risque la plus connue. Il couvre des questions plus larges comme les salaires, le nombre d’heures de travail, les produits, l’impact environnemental, la sécurité et la protection sur Internet.  

L’Atlas prend la forme d’une plateforme interactive qui comprend des indices, des cartes du monde interactives, des analyses et des données pour 50 pays, dont la France. Certains sujets ont des entrées spécifiques pour permettre aux entreprises de mieux comprendre leur impact : le lieu de travail, le marché, la communauté et l’environnement.

Et en France ? 

Sur les 50 pays étudiés, la France arrive en 1ère position sur les indicateurs de respect des droits des enfants sur le lieu de travail ainsi que sur la communauté et l’environnement.

En revanche, la France arrive en 5e position sur le respect des droits des enfants au regard du marché et de la consommation. Ce critère analyse la façon dont l’Etat réglemente le marketing et la publicité, protège les enfants contre les abus et l’exploitation en ligne et s’ils sont lésés ou non par l’utilisation des produits.

L’Atlas des droits des enfants et des entreprises est disponible via ce lien

 

Stand Unicef à PharmagoraPlus

Pharma 4 + 1

Le salon national PharmagoraPlus, rendez-vous annuel des pharmaciens et de leur environnement (confrères, professionnels de santé, associations de patients…) s’est déroulé les 7 et 8 avril porte de Versailles à Paris.

Les organisateurs de son édition 2018, la 33ème du genre, y avaient à mis à titre gracieux un stand à la disposition de l’Unicef.

Pharmagora ++

L’occasion pour des bénévoles du Comité de Paris Saint-Denis de présenter aux participants les activités de l’association en faveur des enfants défavorisés du monde. Les visiteurs pouvaient également acquérir des objets siglés Unicef et des poupées Frimousses du monde – dont des poupées pharmaciens et pharmaciennes, particulièrement apprécié(e)s ! Près de 1000 € ont pu être ainsi récoltés.