Mademoiselle de Guise se marie avec l’Unicef !

Melle de G 6

Née en septembre 2013, la maison « Mademoiselle de Guise » crée et commercialise des robes de mariées dont la signature conjugue sobriété et élégance. Elle est aussi devenue en novembre 2019 « entreprise mécène de l’Unicef » avec un don de 10 000€ à notre association. Chloé Jaouën, créatrice et fondatrice de la marque et Marine Jégu, son associée, nous expliquent les raisons de ce choix généreux.

« Avec notre marque, « Mademoiselle de Guise », nous sommes engagées sur deux fronts. Tout d’abord, nous tenons à valoriser le savoir-faire français, notamment les savoir-faire ancestraux comme celui des célèbres dentelles de Calais. L’autre pan de notre engagement est la défense des droits des femmes. Nous avons vu l’été dernier une vidéo sur les mariages forcés d’enfants au Malawi, pratique contre laquelle l’Unicef lutte partout dans le monde. C’est ce qui nous a décidées à venir en aide à votre association et à devenir l’une de ses entreprises mécènes. Pour nous, le mariage doit être un synonyme de bonheur et non de servitude ou de contrainte. Et toujours dans le cadre de notre soutien aux actions en faveur des femmes, nous participerons en mai prochain à la MoonWalk, course destinée à récolter des fonds pour lutter contre le cancer du sein.

« Nos mariées sont le reflet de notre esprit de marque »

Jeune entreprise, « Mademoiselle de Guise » a conquis rapidement une aura internationale et compte des clientes aussi bien à New-York, qu’à Montréal, Genève ou Dublin : notre notoriété a été boostée par les réseaux sociaux, en particulier Instagram. « Pour la petite histoire – qui en l’occurrence se confond avec la grande – notre nom est un clin d’œil à Marie Stuart, fille de Marie de Guise. En rupture avec les habitudes de l’époque, elle s’est mariée en blanc avec François Ier . Une « marraine » idéale pour nous, même si nos robes sont plutôt ivoire que blanc cru ! Outre notre collection intemporelle, nous en sortons chaque année une nouvelle composée d’une quinzaine de pièces. La collection 2019/2020 est la sixième du genre. Nos clientes essaient nos modèles et nous adaptons sur mesure pour elles celui qu’elles ont choisi.

Nous avons opté  pour nos créations pour un style épuré et sobre vers lequel s’oriente la tendance actuelle, même si en fonction des régions de France ou des pays, les goûts restent un peu différents. Nous sommes une entreprise en plein développement avec un atelier en Bretagne qui se charge d’une partie de la fabrication. Et nous sommes bien décidées à poursuivre et à valoriser notre engagement pour la cause des femmes, notamment avec l’Unicef. Nous sensibilisons nos clientes à la lutte contre les mariages forcés. Nos mariées sont le reflet de notre esprit de marque ! »

 

Lutte contre le mariage d’enfants : le programme mondial de l’Unicef

Chaque année, 12 millions de filles à travers le monde sont mariées avant l’âge de 18 ans. Le mariage d’enfants désigne tout mariage officiel ou toute union non officialisée entre un enfant de moins de 18 ans et un adulte ou un autre enfant. Si la prévalence du mariage d’enfants dans le monde est en baisse la pratique reste répandue : une fille sur quatre était mariée avant d’avoir atteint l’âge adulte il y a dix ans contre environ une sur cinq aujourd’hui.

En 2016, l’UNICEF, en collaboration avec le FNUAP (Fond des Nations-Unies pour la Population), a lancé le Programme mondial visant à accélérer la lutte contre le mariage des enfants. Axé sur l’autonomisation des adolescentes exposées à un risque de mariage ou vivant déjà en union maritale, le programme a permis, en 2017, à plus de 1,1 million d’adolescentes d’acquérir des compétences nécessaires à la vie courante et de poursuivre leur cursus scolaire.

Criteo : course du cœur pour Wash in Mali

Semi marathon Critéo (2)Pour la troisième année consécutive, Criteo, l’un des leaders mondiaux de la publicité en ligne et entreprise mécène de l’Unicef, a collecté des fonds dans le cadre des « dossards solidaires de l’Unicef » lors du semi-marathon de Paris couru le 10 mars dernier. Grâce à la générosité des collaborateurs et de la direction de l’entreprise, 10 000 € iront renforcer le programme « WASH ». Son objectif : donner aux enfants du Mali accès à l’eau potable et aux installations sanitaires, notamment dans les écoles, enjeu essentiel pour la scolarisation des petites filles. Alexandra Hayère,  Events & Projects Manager de Criteo, éclaire pour nous les raisons de cet engagement du cœur.

« Le 10 mars dernier, 51 collaborateurs de Criteo ont participé au semi-marathon de Paris, une dizaine de plus qu’en 2018. Comme les années précédentes, nous avons acheté les dossards et lancé une opération de collecte auprès de nos salariés avec pour objectif de récolter 5000 € au bénéfice de l’Unicef. Notre direction a abondé de la même somme et nous sommes heureux de pouvoir offrir ces 10 000 € pour le projet « WASH », élu par vote par nos coureurs. Depuis 2 ans, Criteo a en effet choisi de s’engager en faveur de la diversité au sens large au travers de son programme « Criteo Cares ». Amener l’eau dans des villages et des écoles du Mali et favoriser ainsi la scolarisation des petites filles est parfaitement cohérent avec cet engagement.

Semi marathon CritéoToujours dans le cadre de son implication en faveur de la diversité, Criteo mène des actions de sensibilisation en faveur de l’éducation pour tous et de l’accès des femmes aux nouveaux métiers d’aujourd’hui à travers sa démarche « Women in Engineering ». Le « Criteo Cares » promeut également l’organisation du « Go Day » qui permet à chacun de nos salariés de consacrer une journée par an à une action sociale ou environnementale sur son temps de travail. En complément, le « Voluntary paid time » a pour but de les inciter à dédier deux jours de congés chaque année à ce même type d’action.

Avec l’Unicef, nous avons fait le choix d’un partenariat de long terme. Des programmes comme « WASH » au Mali se déroulent sur plusieurs années. Cela nous permet d’avoir un bilan concret des actions auxquelles nous contribuons. »

Des collaborateurs engagés

Ils s’appellent Julien, Bastien, Diarmuid (Irlandais et fier de sa culture celtique !) et encore Julien. Leur point commun ? Outre le fait d’être des collaborateurs de Criteo, avoir participé au semi-marathon de Paris et contribué ainsi à Criteo 23 avrilsoutenir le programme Unicef Wash in Mali. Ils étaient réunis le 23 avril aux côtés d’Alexandra pour remettre symboliquement le chèque de 10 000€ collectés à cette occasion à Brigitte Monsou, présidente du comité Unicef Paris et à Jean Cadroy, responsable des relations entreprises du comité.

Comme nombre de leurs Criteo 23 avril 2collègues amateurs de course, les 4 sportifs s’entraînent à l’heure du déjeuner « grâce aux douches que Criteo met à la disposition de ses collaborateurs. » Courir est certes « un challenge pour fédérer les équipes, mais courir pour quoi ? » Un jour Diarmuid propose de le faire pour une cause… Généreuse initiative dont l’Unicef bénéficie depuis 3 ans.  Les entraînements – Parc Monceau, tour de Seine, Bois de Boulogne… – ont visiblement porté leur fruits. Sur 51 coureurs Criteo engagés, 45 ont terminé le semi-marathon. L’équipe Criteo s’est classée 21ème sur les 105 engagées et 17ème au classement performance (le top des coureurs ayant fini dans un temps inférieur à 1h 35). Cinq d’entre eux ont même couvert la distance – pour mémoire 21,097 km – entre 1h 29 et 1h 35… Un vrai temps de champion !

Un-enfant-se-lave-à-une-fontaine-deau-potable-installée-par-lUnicef-en-Afrique.Ajoutés à son don de 10 000€ à l’Unicef en début d’année, c’est donc d’un total de 20 000€ que Criteo a fait bénéficier le programme Wash in Mali. Une somme qui, rappelle Brigitte Monsou en faisant le point son l’avancement, «permet de financer l’équipement complet de trois écoles accueillant de 500 élèves en matière d’eau et d’assainissement. » Preuve que, contrairement à l’adage, courir sert à quelque chose !

Golden Bees, l’emploi à portée de clic

CGolden Bees Fariha Shah UNICEFe n’est pas par hasard si Golden Bees s’est placée sous les auspices des abeilles, insecte industrieux par excellence. Créée en 2015, cette start up parisienne a pour objectif de contribuer à fluidifier le marché de  l’emploi en faisant se rencontrer efficacement offres et demandes par le biais d’Internet. Ce n’est pas non plus par hasard si Golden Bees est une entreprise mécène de l’Unicef et a choisi de participer à ce titre au financement de son fonds de développement pour l’éducation et la santé. Utilité sociale et quête de sens, tels sont en effet les valeurs qui fédèrent son équipe fondatrice et ses collaborateurs. Fariha Shah, co-fondatrice et directrice générale de GoldenGoldenBees_Logo_Inline_H200px_fondsclairs Bees nous en dit plus. 

« Le digital a modifié en profondeur le marché du travail. C’est en partant de cette réalité que Golden Bees est née. Ce que nous proposons ? Une solution de ciblage sur Internet des candidats en recherche de poste ou non, pour permettre aux employeurs un recrutement plus efficace dans tous les secteurs d’activité. Un service adapté aux recrutements en ligne gagnant-gagnant : nous avons développé une solution permettant l’automatisation de la recherche du côté recruteur et du côté candidat. Les internautes-candidats reçoivent sur leur navigation web des offres d’emploi sous forme de publicité correspondant à leurs profils et intérêts professionnels et les recruteurs disposent d’un panel plus large de profils de candidats répondant au plus près à leur besoin. Dans ce sens, Golden Bees offre la possibilité aux internautes d’affiner leurs « recherches » avec un service dédié au candidat : www.wan2bee.com. Cela présuppose que les internautes demandeurs d’emploi aient fourni un certain nombre d’informations en ligne pour préciser le métier qu’ils ciblent, le type de contrat qu’ils visent (CDD, CDI, alternance…), la localisation géographique qu’ils souhaitent, etc. Ces données sont bien évidemment recueillies avec leur consentement. Nous souhaitons ainsi les aider à faciliter l’accès aux offres d’emplois, en les exposants régulièrement à des offres d’emplois disponibles en temps réel, tout en améliorant l’expérience candidat. En France, nous sommes les premiers à proposer ce type de solution qui commence à se développer dans le monde entier.

Golden Bees enregistre actuellement 8 millions de profils de candidats qualifiés mais ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Actuellement, nous proposons aux internautes environ 300 000 emplois chaque mois sur toute la France. Nous avons enregistré une croissance de plus de 300% en 2018, ce qui nous a valu l’obtention du Pass French Tech remis par Mounir Mahjoubi, secrétaire d’état chargé du numérique.

Equipe Golden 2Les fondateurs de Golden Bees ont envisagé la philanthropie-intégrée dès la création de leur entreprise Les initiatives de don et d’engagement pour des causes liées à l’éducation des enfants est intrinsèque aux les valeurs de Golden Bees. Notre objectif est d’améliorer le marché de l’emploi en facilitant la rencontre entre entreprise et candidats et d’apporter un impact sociétal fort. Notre vision nous mène au delà des frontières de notre marché commercial : notre engagement concerne la société française, mais également le secteur de l’emploi et le reste du monde.

D’où notre engagement auprès de l’Unicef et notre attachement à la cause que votre association défend qui contribue à réduire la pauvreté et les inégalités dans le monde en favorisant l’accès à l’éducation, et donc à l’emploi. Nous croyons que l’avenir des sociétés, dépend entièrement de la capacité des enfants d’aujourd’hui et des adultes de demain, à apprendre, s’adapter et faire prospérer le pays dans lequel ils vivent. La trentaine de nos jeunes collaborateurs (un peu moins de 30 ans de moyenne d’âge) partagent cette conviction. Je crois qu’ils apprécient de travailler dans une entreprise qui donnent du sens à leur action. »