Une excellente année 2015-2016 pour les Frimousses des écoles !

Stars du rock !...Avec une année scolaire qui a démarré en flèche pour le projet Frimousses des écoles (+75% d’enfants sensibilisés au 1er trimestre par rapport à 2014-2015), les poupées ont continué sur cette lancée au cours des 2eme et 3ème trimestres.

Grâce à l’implication des enseignants, des enfants, des parents, mais également la motivation de nos équipes bénévoles, plus de 3 300 enfants ont été sensibilisés aux droits des enfants au cours de cette année scolaire et ont pu faire jouer leur imagination en créant leur poupée « Frimousses ».
Une action qui va permettre d’aider l’UNICEF à vacciner les 20% d’enfants du monde qui ne sont toujours pas protégés contre les 6 maladies infantiles les plus graves. Avec l’intervention des enfants ainsi que l’aide de leurs parents, l’opération permet à chacun de se sentir concerné et de participer à une action mondiale, chacun à sa mesure, et ce dans 139 classes parisiennes cette année.

L’ensemble des parrainages des poupées Frimousses de l’année scolaire 2015-2016 permettra de sauver la vie de plus de 1900 enfants !

Un immense merci aux enseignants, aux enfants et aux parents qui nous ont aidés et vont nous permettre d’atteindre l’objectif de 100% d’enfants vaccinés en 2020 !

20160606_083436 20160520_155438 20160520_092049 20160520_091211 20160414_17115720160414_172155

User comments20160415_082722

Le dîner solidaire du club Unicef Jean-Baptiste Clément

Tous les ans, le club unicef du collège Jean-Baptiste Clément organise un dîner Solidaire au collège… Et cette année, ce dîner a eu un succès phénoménal !
Tout d’abord Mme Frédérique Calandra, maire du 20e arrondissement est venue apporter son soutien aux membres du club et à Stéphanie Convertino, la formidable professeur animatrice de ce club et à Mr Sahuc, le Principal du collège.

20160408_190245-1 Sans titre1Mr Luc Pham, Directeur académique adjoint des services de l’Education Nationale, est également venu soutenir cette belle initiative. Etaient présents également Frédéric guerrien, élu du 20ème, adjoint à la maire, et Virginie Belin, du cabinet d’Alexandra Cordebard, de la Mairie de Paris.

20160408_210616a-1 20160408_210633a-1

20160408_210317-1Ce formidable dîner était servi par les membres du club : Excellents acras préparés par Mme Zaïre, en entrée, suivi de plats délicieux cuisinés par les mamans de Kiessée et Lula, membres actives du club : poulet pané de Victoire ou Dal de lentilles au lait de coco et curry, mijoté par Camille ! Et bien sûr, plein de magnifiques gâteaux préparés par les membres du club, en dessert.

Et le résultat est tellement formidable… encore plus de 1000 Euros collectés par le club Jean Baptiste Clément !
Merci à tous pour cette magnifique opération pour les enfants du monde

Trophée Golf de l’UNICEF 2016

Pour la 10ème  année consécutive, à l’initiative de Mireille et Jean Louis Bernard, et de l’Association Sportive du Golf des Boucles de Seine, notre fidèle partenaire, s’est déroulée la compétition TROPHEE GOLF de l’UNICEF le dimanche 22 mai.

image1Cette épreuve a lieu sur le parcours des « Boucles de Seine » situé entre Mantes et Vernon, en bord de Seine, dans le site enchanteur de la Boucle de Moisson face à Vétheuil, paysages chers aux impressionnistes.

Cette compétition homologuée FF Golf a vu s’affronter 40 joueurs, un peu moins que les années précédentes, un certain nombre ayant été refroidis par la météo qui s’annonçait humide. A tort, car les 3/4 des participants ont pu jouer sous un ciel clément, seules les dernières parties ayant dû sortir leur parapluie…

Cette année, les fonds (droits de jeu et dons) étaient récoltés au bénéfice du fonds d’urgence pour les enfants.
La journée s’est terminée par un discours très apprécié de notre présidente qui a rappelé aux participants toutes les urgences auxquelles l’UNICEF devait faire face et a remercié les participants pour leur contribution.

Bravo à tous et à l’année prochaine !

Ni sains ni saufs

Image de prévisualisation YouTubeL’UNICEF France a publié « Ni sains, ni saufs, une enquête sociologique sur les enfants non accompagnés sur le littoral du Nord et de la Manche ». Les résultats de cette enquête sont sans appel et révèlent les nombreux dangers auxquels sont exposés en permanence les enfants non accompagnés qui vivent dans les bidonvilles et camps du Nord de la France.
Cette enquête inédite a été réalisée par les sociologues de l’association Trajectoires, spécialisée dans les diagnostics sociaux des populations vivant en bidonvilles en France. Elle a été conduite entre les mois de janvier et avril 2016 dans sept bidonvilles sur trois départements du littoral de la Manche (Calais, Grande-Synthe, Angres, Norrent Fontes, Steenvoorde, Tatinghem, Cherbourg).

Pour l’UNICEF, l’objectif était de faire émerger au cours de ces entretiens les besoins et les points de vulnérabilité des enfants non accompagnés afin d’élaborer des recommandations pour améliorer leur prise en charge à travers les dispositifs existants ou à créer.

À travers 61 entretiens menés de manière confidentielle et dans leur langue, avec des enfants et des adolescents non accompagnés âgés de 11 à 17 ans, originaires d’Afghanistan, de Syrie, d’Egypte et d’une dizaine d’autres pays, l’enquête s’attache à détailler les différents parcours migratoires et les motivations de ces enfants déracinés. La majorité des mineurs rencontrés ont eu recours à des passeurs. Pour se rendre en France, les sommes déboursées varient de 2 700 € à 10 000 €. Quelle que soit la technique choisie et le prix payé, la route demeure extrêmement dangereuse et l’expérience telle qu’ils la relatent, traumatisante. Leur temps de présence sur le littoral s’allonge : la durée moyenne de 5 mois augmente d’autant l’exposition à des risques accrus.

Arrivés en France, l’enquête montre que ces enfants sont en danger, dans tous les sites étudiés, en particulier dans les « petits » camps. Ils vivent en mode survie dans des conditions inhumaines. Leur santé physique et psychologique est affectée. Mais au-delà des conditions de vie dégradantes, ce sont les violences auxquelles ils sont exposées qui sont les plus préoccupantes : souvent contraints d’effectuer des tâches pour les passeurs, les enfants et les jeunes non accompagnés, de par leur fragilité, sont parmi les plus exposés aux violences. Les premières craintes exprimées dans les entretiens sont les violences exercées par les forces de police, les milices de civils et les passeurs ainsi que les agressions sexuelles pour les filles et les garçons. Ces situations mettent en évidence une série de violations au regard de la Convention relative aux droits de l’enfant, ratifiée par la France.

C’est pourquoi l’UNICEF France, en lien avec UNICEF UK et les ONG travaillant sur le terrain, propose 9 recommandations permettant d’assurer une réelle protection des enfants non accompagnés ainsi que l’application effective du droit à la réunification familiale.

13 septembre : la journée mondiale du legs

Image de prévisualisation YouTube

Lancée en 2011, la journée mondiale du legs permet au grand public de s’informer sur la transmission de leur patrimoine en faveur des associations. L’UNICEF France souhaite, à cette occasion, sensibiliser davantage ses donateurs et le grand public à cette autre forme de générosité, souvent mal connue.
Un legs en faveur d’une association est une ressource cruciale et importante : en 2014, l’UNICEF France a collecté près de 9,9 millions d’euros et ces fonds vont permettre de :
– planifier les actions dans la durée pour des milliers d’enfants les plus démunis
– disposer de fonds de réserve pour répondre aux urgences et catastrophes naturelles touchant plus particulièrement les enfants.
C’est également une démarche fiscalement avantageuse, puisque totalement exonérée de droits de succession.
Cette année est particulière pour l’UNICEF France puisqu’à l’occasion de la 4ème Journée internationale des legs en faveur des associations, Erik Orsenna, écrivain et membre de l’Académie français a accepté d’incarner cette forme de générosité spécifique. Il a donc prêté sa voix et son image pour la campagne 2015.
Erik Orsenna incarne dans cette campagne, le rêve de millions d’enfants : celui d’apprendre à lire. En effet, léguer une partie de son héritage à l’UNICEF France permet à l’organisation de renforcer efficacement et de façon pérenne son action pour tous les enfants dans le monde.

« En choisissant de léguer une partie de notre patrimoine aux enfants, à travers les programmes de l’UNICEF, nous leur donnons bien plus que de l’argent. Nous leur offrons la possibilité d’aller à l’école, d’être vaccinés, de se soigner, bref de grandir dans les conditions que tous les enfants méritent… » explique Erik Orsenna.
unicef.fr/legs

LES MOTS D’ALAIN…les maux d’Alain…lait mode à lin !

Tu arrivais ton croissant à la main, sortant de son petit sac papier froissé et rempli de miettes.
On échangeait quelques plaisanteries  avant de se mettre au travail.

Tu aimais bien les jeux de mots, surtout dans nos échanges par mail. Tu répondais à nos multiples demandes par un « céfé », ou « au quai » … et tu reprenais tes boulons et tournevis pour aller bricoler tes logiciels, triturer quelques megabits, resserrer quelques octets, fignoler quelques data pour réparer nos megaflops dans la base que tu as élaborée de tes neurones, construite de tes mains et dont on ne peut plus se passer !
Mais l’informaticien avait aussi pris goût aux rencontres et échanges avec les enfants. Tu voulais dénoncer les injustices qui frappent nombre d’entre eux dans le monde, surtout ceux qui sont sordidement exploités par des profiteurs sans vergogne ! Au fil des années, tu t’es rendu de plus en plus souvent dans les classes, tu as participé à notre réflexion sur la façon de sensibiliser et encourager la citoyenneté de nos écoliers.
La semaine dernière, tu es arrivé plein d’énergie, de projets et visiblement heureux de te retrouver parmi nous pour mettre en route cette nouvelle année d’engagement. Et nous aussi nous étions tellement heureux de te retrouver … sans imaginer que c’était pour quelques jours seulement !
Du coup on ne trouve plus les mots ; ou ceux qui viennent sont tellement … en suspens… Voici un fatras de mots échangés pour meubler ton silence et notre peine :
Alain NB

« je suis bouleversée ; atterrée ; abasourdie ; stupeur, incrédulité, douleur, peine, deuil … » « je suis abasourdi, nos échanges et plaisanteries de vendredi ne laissaient rien présager de la sorte »… « nous sommes désarmés devant cette réalité qui s’impose à nous » ; «je n’en reviens pas et suis d’autant plus touché que j’appréciais énormément la personnalité d’Alain et son engagement sans faille dans notre combat » ; « nous perdons un précieux compagnon, il était devenu le pivot de notre groupe » ; « c’est horrible, il était si humain, il va nous manquer » ; « … argentiques ou numériques, nous n’avons pas d’images de lui, et pourtant elles habitent chacun de nos disques durs et pour longtemps » ; « choc violent, incompréhension, tristesse, révolte : les sentiments et les émotions se succèdent et n’arrivent pas à se poser » ; « il est certain que nous penserons à lui chaque fois que nous utiliserons l’indispensable outil qu’il a créé pour nous, c’est-à-dire très souvent ! …

Et oui, « c’est un peu court jeune homme, on pouvait dire, mon Dieu, bien des choses en somme …» S’il te plait Alain, on aimerait que tu nous donnes un petit jeu de mots rigolo pour pouvoir sourire de la plus mauvaise blague que tu nous ais faite !
Accueil du site des Plaideurs du CPU (1)[1]

2 nouveaux conseils des enfants à Paris

L’UNICEF France étant garant de la bonne application de la convention relative aux droits de l’enfant en France, le Comité de Paris incite la Ville de Paris à faire encore des progrès sur certains points de sa politique de l’enfance et de l’adolescence. C’est ainsi qu’en matière de droit à l’expression, le Comité de Paris suggère aux maires des arrondissements la mise en place d’un Conseil Municipal des Enfants (CME).

documentAprès la mise en place du CME du 7ème arrondissement en novembre 2014, nous saluons aujourd’hui la mise en place du CME du 1er arrondissement dont la première réunion plénière aura lieu le 6 octobre prochain.
Hélas, ce nouveau conseil ne porte qu’à 3 le nombre de conseils des enfants à Paris…

 

1995 – 2015 : Le partenariat entre le Groupe Starwood et l’UNICEF fête ses 20 ans !

equipe unicef le meridien2015 est une année particulière pour les salariés de l’hôtel Méridien Etoile composant la Team UNICEF ! C’est le 20ème anniversaire du partenariat du groupe Starwood, dont l’hôtel fait partie, avec l’UNICEF, et ils ont à cœur de redoubler de dynamisme pour collecter en faveur des enfants du monde.
Rappelons qu’en 20 ans, plus de 30 millions de dollars ont été reversés à l’UNICEF par tous les hôtels Starwood et que l’hôtel Méridien Etoile y contribue pour plus de 200 000 euros.
facebook.com/unicefcofc?fref=ts

2015 : un feu d’artifices d’actions ! une imagination débordante au profit des enfants !
Sous la houlette de Salimata Mafoua, toute l’équipe UNICEF se mobilise pour multiplier les actions en faveur de l’UNICEF : braderie en mai, concours de pétanque en août, vente de cintres et de matelas pendant l’été … Toutes les occasions sont bonnes pour montrer son engagement : la création d’événements internes festifs mais aussi les opérations courantes de la vie d’un hôtel ! L’UNICEF est au cœur de la vie de l’établissement à la fois auprès des clients par l’opération « Check out for children » (un euro de don proposé au client sur sa facture) et des salariés.

Un grand bravo ! Diapositive1

Paris s’engage pour les enfants migrants

Paris mobilisée

Paris mobilisée pour les réfugiés ! Bienvenue à Paris !
L’UNICEF a été convié à la grande réunion de mobilisation en faveur de l’accueil des réfugiés, organisée par la Maire de Paris, Anne Hidalgo, jeudi 10 septembre à l’Hôtel de Ville.
Un rassemblement impressionnant d’associations, d’élus, de représentants de l’état, d’acteurs institutionnels, tous concernés par les paroles fortes de la Maire et de son adjointe Dominique Versini autour de l’accueil certes mais surtout de l’inclusion des réfugiés. Pour que Paris soit une ville Monde, une ville Refuge !
Madame la Maire a insisté sur la nécessaire collaboration de tous les acteurs présents mais aussi des parisiens, la Ville prévoyant de mettre en relation les parisiens et les réfugiés au travers de la plateforme « je m’engage ».

Depuis Juin 2015 :
. 21 centres d’hébergement ont été mobilisés à Paris et en Ile de France
. 6 opérations de mise à l’abri de réfugiés ont été réalisées
. 1450 réfugiés au total ont été pris en charge par Paris.

© UNICEF/NYHQ2015-2071/Georgiev

© UNICEF/NYHQ2015-2071/Georgiev

Un point sur la situation internationale :
Des images déchirantes d’enfants noyés ou mourant à l’arrière de camions ont fait le tour du monde. Mais au-delà du choc provoqué par ces images, il faut agir.
C’est le sens de la déclaration récente d’Anthony Lake, directeur exécutif de l’UNICEF. Il rappelle que ces enfants n’ont pas choisi de vivre ce calvaire et qu’ils ont droit à la protection. Il rappelle aussi que les débats sur les politiques migratoires se poursuivent en Europe, mais que nous ne devons jamais perdre de vue la dimension profondément humaine de la crise, ni perdre de vue l’échelle de ce drame. Au moins un quart des personnes cherchant refuge en Europe sont des enfants. Pendant les 6 premiers mois de l’année 2015, 106 000 enfants ont demandé l’asile en Europe. Et nous ne devrions jamais oublier ce qu’il y a derrière l’histoire de chacune de ces familles cherchant asile en Europe : de terribles conflits, comme par exemple celui en Syrie, qui a déjà forcé 2 millions d’enfants à fuir leur pays. Seule la fin de ces conflits pourra mettre un terme à leur tragédie.
Anthony Lake exhorte l’Europe à :

1- Protéger ces enfants en leur permettant l’accès aux services essentiels à toutes les étapes de leur exil (soins, nourriture, soutien psychologique, et éducation) ainsi que l’accès à des abris adaptés qui permettent aux familles de rester ensemble.
2- Déployer des personnels spécialisés dans l’enfance et en nombre suffisant pour soutenir les enfants et leur famille.;
3- Poursuivre les opérations de recherche et de sauvetage –non seulement en mer, mais aussi sur terre- et faire le maximum pour prévenir tout abus et exploitation à l’encontre des enfants réfugiés et migrants.;
4- Faire de l’intérêt supérieur de l’enfant une priorité dans toutes les décisions concernant ces enfants, notamment dans les cas de demandes d’asile.

L’UNICEF a déjà mis en place un espace adapté aux enfants, près de la ville de Gevgelija, à la frontière grecque, afin d’apporter l’aide nécessaire aux femmes et enfants qui transitent par l’ex-République Yougoslave de Macédoine.
Ce dispositif, équipé par l’UNICEF en matériel ludo-éducatif, peut accueillir jusqu’à 50 enfants en même temps. Il est destiné à leur procurer un lieu sûr pour se reposer et jouer pendant que leurs familles effectuent les procédures d’enregistrement. De plus, l’équipe mobile identifie les enfants nécessitant une prise en charge ou une protection particulière.

L’UNICEF exhorte les autorités à reconnaître et à traiter chaque enfant migrant, peu importe son statut, sa confession ou son origine, comme des enfants détenteurs de droits, tel que le stipule La Convention des Nations Unies relative aux Droits de l’Enfant.
Rappelons que L’UNICEF a récemment soumis un plan en 10 points à l’Union Européenne dans l’intérêt des enfants migrants ou réfugiés. Nous avons rendu compte de ce plan en Juin dernier.

Et n’oublions jamais qu’un enfant réfugié est avant tout un enfant et que l’UNICEF a pour mission d’interpeller les pouvoirs publics pour qu’il bénéficie de ses droits fondamentaux (protection, santé, éducation …) !
https://www.unicef.fr/

13 millions d’enfants non scolarisés…

© UNICEF/NYHQ2014-1771/El Baba

© UNICEF/NYHQ2014-1771/El Baba

13 millions d’enfants non scolarisés à cause des conflits au Moyen-Orient et en Afrique du Nord
D’après un rapport de l’UNICEF publié récemment, l’intensification des conflits et les troubles politiques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord empêchent plus de 13 millions d’enfants de se rendre à l’école.

Le rapport, intitulé « Education Under Fire » traite de l’impact de la violence sur les écoliers et sur le système éducatif dans les pays qui ont été, directement ou indirectement, touchés par la violence.
Les attaques à l’encontre des écoles et des infrastructures scolaires (parfois intentionnelles) sont l’une des raisons majeures de l’absentéisme scolaire. Rien qu’en Syrie, en Iraq, au Yémen et en Lybie, près de 9 000 écoles sont hors d’usage parce qu’elles ont été endommagées ou détruites ou sont utilisées comme abris pour les populations déplacées ou sont sous le contrôle des acteurs du conflit.
C’est aussi un sentiment de peur qui pousse des milliers d’enseignants à abandonner leur poste et des parents à ne pas envoyer leurs enfants à l’école à cause de ce qui pourrait arriver sur le chemin de l’école… ou même à l’école.
En Jordanie, au Liban et en Turquie, plus de 700 000 enfants réfugiés syriens ne peuvent pas aller à l’école car les institutions scolaires sont surchargées et ne peuvent pas gérer le nombre grandissant d’écoliers.

« Tous les enfants de la région ressentent les effets destructeurs du conflit, explique Peter Salama, le directeur régional pour l’UNICEF au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Ce ne sont pas seulement les dégâts matériels survenus dans les écoles, c’est surtout le désespoir ressenti par une génération d’écoliers qui voit ses espoirs et son avenir brisés en mille morceaux ».

nolostgeneration1L’Initiative « No Lost Generation », lancée par l’UNICEF et ses partenaires en 2013 dans le but de galvaniser davantage le soutien international en faveur de l’éducation et des besoins de protection des enfants touchés par la crise en Syrie, mérite plus de soutien, indique le rapport. En effet, le financement et l’investissement dans les situations d’urgence reste faible. En 2013 moins de 2% de l’aide globale d’urgence a servi à l’éducation. L’UNICEF cherche environ 300 millions de dollars pour financer son travail sur l’éducation d’urgence en 2015 dans la région du moyen orient et de l’Afrique du Nord.
Cette initiative qui met l’éducation et l’enfant au centre de la réponse humanitaire. A cependant permis d’obtenir des résultats probants :
En Syrie, 600 écoles où les enfants peuvent rattraper les cours qu’ils ont manqués ont été créées.
En Jordanie, l’aide a permis d’augmenter le nombre d’élèves inscrits dans l’éducation formelle et informelle.
Au Liban, le gouvernement et ses partenaires se sont engagés à éduquer environ 413 000 enfants Syriens et Libanais vulnérables, chaque année pendant deux ans.
En Syrie, l’UNICEF, l’UNRWA et leurs partenaires locaux ont développé un programme d’apprentissage personnel adapté et que les enfants déscolarisés peuvent utiliser chez eux ou dans des centres locaux. Des programmes semblables ont été utilisés en Irak dans les camps abritant des familles déplacées
Dans les états les plus pauvres du Soudan, une éducation accélérée est pilotée dans les villages isolés utilisant des programmes contenus dans des tablettes bon marché à énergie solaire.

L’UNICEF et ses partenaires appellent la communauté internationale, les gouvernements d’accueil, les décideurs politiques, le secteur privé à réduire le nombre d’enfants non scolarisés grâce à l’élargissement des services éducatifs informels, notamment pour les enfants vulnérables

Une course de nuit pour vacciner 100% des enfants : inscrivez vous !

Energizer Night RunSamedi 4 juillet, dans le Parc de Saint-Cloud, aura lieu la première édition de l’Energizer Night Run en France.
Une course de 6,5 km à la lumière de lampes frontales (fournies au départ) fondée non pas sur la performance mais sur l’engagement solidaire.
En effet, cette course est au profit des programmes de vaccination soutenus par l’UNICEF. Objectif : 100% des enfants vaccinés !
Un village sportif très ludique accueillera dès 14h petits et grands, promeneurs du parc de Saint-Cloud et coureurs.
Des bénévoles du comité de Paris et du comité des Hauts de Seine pour l’UNICEF y seront présents !
Il est encore temps de vous inscrire www.thatspositivenergy.eu pour vivre cette expérience originale et généreuse.

Une belle année de plaidoyers auprès des enfants

Ecoles, collèges, centres d’animation : encore quelques belles rencontres avant les vacances !
Au cours de ces derniers mois de l’année scolaire, notre équipe de plaideurs a continué à intervenir dans les classes pour échanger sur les Droits de l’enfant, les faire découvrir, faire prendre conscience de la vie des enfants et jeunes dont les droits sont ignorés, voire bafoués dans de nombreux domaines : manque d’équité de l’accès à l’école dans certains pays, protection insuffisante contre l’exploitation par le travail forcé ou l’enrôlement dans des groupes armés ; ou encore difficultés d’accès à une eau potable ou aux soins de santé.

Les Centre d’animation ont également organisé des temps de réflexion sur ces questions :

  • En Mai, le Centre d’Animation des Halles, a voulu marquer les 25 ans de l’adoption de la Convention des Droits de l’Enfant en affichant durant une semaine « l’exposition-bilan » de l’UNICEF, ainsi que la grande « mosaïque de droits » réalisée par des enfants d’écoles parisiennes. Des animations spécifiques ont eu lieu dans les ateliers proposés habituellement dans ce centre. Après une rencontre avec nos intervenants, ils ont pu s’exprimer sur les Droits de l’enfant, en complétant une grande fresque avec leurs dessins ou quelques mots pour dire ce qu’ils avaient retenu de ces rencontres et échanges.
  • Le Centre d’animation Valeyre (9ème) dans le cadre de la Journée Internationale des Droits de la Femme, avait proposé une après-midi et une soirée de sensibilisation aux inégalités Homme/Femme.
    Anne, Luca, Alexandra, Jérôme, Claudia, l’Antenne Jeune du 9è et les animateurs ont combiné leurs efforts pour préparer une après-midi et une soirée festive et variée, pleine d’enseignements grâce aux créations des uns et des autres : dessins, peintures, bandes dessinées, déclamation de textes en slam, chants de la chorale, création de videos ….
    Le film « Billy Elliot » de Stephen Daldry, qui obtenu un grand succès à sa sortie et dont l’action se situe dans l’Angleterre minière en crise et en grève des années 1984-85 a été proposé au ciné-citoyen.
    Le thème du jeune Billy, apprenti boxeur, troquant ses gants de boxe contre des chaussons de danse classique à la fureur et au désespoir de son père et de son frère est une belle illustration, entre violence, humour et cœur, de la lutte contre les stéréotypes de genre, les préjugés et le qu’en dira-t-on.
    Nous comprenons bien que cette lutte pour une éducation non sexiste et que l’égalité entre les hommes et les femmes sont des conditions incontournables à l’exercice des droits de l’enfant dans tous les domaines.

  • Le Centre d’Animation Montparnasse, lui, a proposé aux enfants de réfléchir sur les enjeux de l’accès à une eau potable et à l’assainissement. Deux groupes d’enfants, venant de centres de loisirs, ont ainsi pu découvrir la quantité « d’eau cachée » que nous consommons chaque jour. Puis, à partir de jeux de puzzle ils ont pu comprendre la complexité et le coût des installations permettant de rendre cette eau potable et donc la difficulté d’accès à ces techniques) pour les pays pauvres.
    Diapositive1

Enfin, plusieurs collégiens de classes de 5ème se sont investis dans des actions de sensibilisation à la situation difficile de nombreux enfants dans le monde et de collecte pour manifester leur solidarité à leur égard. Ainsi, en Juin, nous avons rencontré des collégiens des collèges Jean-Baptiste Say (16ème ) et Saint Georges (19ème qui, grâce à la vente de gâteaux dans leurs établissements, ont pu remettre à l’UNICEF des sommes significatives.
Sur l’ensemble de l’année scolaire et des collèges qui se sont mobilisés, c’est une somme de près de 1500 € qui a pu être collectée, soit 75 enfants vaccinés à vie contre des maladies potentiellement mortelles ; ou 34 kit « école dans le sac » , chaque kit fournissant du matériel scolaire pour 40 élèves et leur professeur ; ou encore 681 sachets d’aliments thérapeutique, sachant que 2 à 3 sachets par jour durant 6 à 8 semaines permettent de sauver un enfant menacé de mourir de malnutrition.
Un grand bravo à tous et surtout … TRES BONNES VACANCES !

2 Galas organisés par les jeunes au profit de l’UNICEF

En vidéo, le Gala du Lycée Jacques Decours, ou le talent des jeunes au profit de l’UNICEF
Image de prévisualisation YouTube

Le 15 mai, a eu lieu la remise du chèque de 4300 Euros récoltés à l’occasion de la 2ème édition du Gala Sciences Po pour l’UNICEF qui avait eu lieu le 11 février 2015 et réuni plus de 400 étudiants venus de Sciences Po, Paris 2 Assas, Paris 3 Sorbonne Nouvelle et Paris Dauphine. Le Gala, bien sûr ouvertement destiné à faire la fête, a permis de réunir beaucoup d’étudiants, non seulement pour les sensibiliser à la cause des enfants dans les situations d’urgence mais aussi de collecter des fonds en leur faveur : les étudiants ont eu la fierté de remettre un beau chèque à l’UNICEF !
Gala Science Po mai 2015

Ils étaient là !!!

Ecole Longchamp02Le 2 juin, il régnait une ambiance très inhabituelle à l’école Longchamp

Les enfants étaient excités comme jamais ! Il faut dire qu’ils attendaient, avec leur directrice et leurs enseignants, Alizé Cornet, championne de tennis, et Renaud Lavillenie, champion du monde de saut à la perche.
Alizé et Renaud font partie de la Team Unicef , ils mettent leur notoriété au service de l’Unicef pour  mobiliser le grand public. Et ils sont venus à la rencontre des enfants de l’école Longchamp qui comme eux, soutiennent l’unicef en participant à l’opération Frimousses des écoles chaque année, depuis 4 ans.
Les échanges avec les enfants ont été enthousiastes, ils ont expliqué aux deux champions qu’avec les poupées Frimousses ils contribuaient eux aussi à vacciner et à sauver des enfants.
Alizé et Renaud ont distribué avec gentillesse et générosité des autographes aux enfants qui sont repartis avec des étoiles dans les yeux.
Pour les remercier les bénévoles ont remis à nos deux champions une poupée Frimousse…..à leur effigie!
Bravo et merci à tous!
Ecole Longchamp