Urgence Liban

De graves pénuries d’eau aggravent la situation désespérée des enfants et des familles à Beyrouth

© UNICEF/UNI362790/Kelly

L’UNICEF et ses partenaires réhabilitent et reconnectent les infrastructures essentielles de l’eau.

300 000 personnes à Beyrouth continuent d’être confrontées à un manque d’accès aux services essentiels d’eau potable et d’assainissement, a averti UNICEF aujourd’hui, plus de trois semaines après l’énorme explosion qui a ravagé la capitale du Liban.

UNICEF et ses partenaires ont reconnecté plus de 100 bâtiments au réseau public d’eau et installé 570 réservoirs d’eau dans les foyers endommagés sur un besoin estimé à 3 300 réservoirs à remplacer. L’UNICEF a également fourni de l’eau aux premiers intervenants et a distribué plus de 4 340 kits d’hygiène et 620 kits pour bébés aux familles touchées, et a assuré le transport de l’eau par camion à 20 foyers et à trois centres de la Croix-Rouge libanaise.

Cette action est particulièrement cruciale compte tenu de la pandémie de COVID-19 en cours, car une méthode de prévention clé est le lavage régulier des mains avec du savon et de l’eau potable.

Pour faire un don : www.unicef.fr

Mademoiselle de Guise se marie avec l’Unicef !

Melle de G 6

Née en septembre 2013, la maison « Mademoiselle de Guise » crée et commercialise des robes de mariées dont la signature conjugue sobriété et élégance. Elle est aussi devenue en novembre 2019 « entreprise mécène de l’Unicef » avec un don de 10 000€ à notre association. Chloé Jaouën, créatrice et fondatrice de la marque et Marine Jégu, son associée, nous expliquent les raisons de ce choix généreux.

« Avec notre marque, « Mademoiselle de Guise », nous sommes engagées sur deux fronts. Tout d’abord, nous tenons à valoriser le savoir-faire français, notamment les savoir-faire ancestraux comme celui des célèbres dentelles de Calais. L’autre pan de notre engagement est la défense des droits des femmes. Nous avons vu l’été dernier une vidéo sur les mariages forcés d’enfants au Malawi, pratique contre laquelle l’Unicef lutte partout dans le monde. C’est ce qui nous a décidées à venir en aide à votre association et à devenir l’une de ses entreprises mécènes. Pour nous, le mariage doit être un synonyme de bonheur et non de servitude ou de contrainte. Et toujours dans le cadre de notre soutien aux actions en faveur des femmes, nous participerons en mai prochain à la MoonWalk, course destinée à récolter des fonds pour lutter contre le cancer du sein.

« Nos mariées sont le reflet de notre esprit de marque »

Jeune entreprise, « Mademoiselle de Guise » a conquis rapidement une aura internationale et compte des clientes aussi bien à New-York, qu’à Montréal, Genève ou Dublin : notre notoriété a été boostée par les réseaux sociaux, en particulier Instagram. « Pour la petite histoire – qui en l’occurrence se confond avec la grande – notre nom est un clin d’œil à Marie Stuart, fille de Marie de Guise. En rupture avec les habitudes de l’époque, elle s’est mariée en blanc avec François Ier . Une « marraine » idéale pour nous, même si nos robes sont plutôt ivoire que blanc cru ! Outre notre collection intemporelle, nous en sortons chaque année une nouvelle composée d’une quinzaine de pièces. La collection 2019/2020 est la sixième du genre. Nos clientes essaient nos modèles et nous adaptons sur mesure pour elles celui qu’elles ont choisi.

Nous avons opté  pour nos créations pour un style épuré et sobre vers lequel s’oriente la tendance actuelle, même si en fonction des régions de France ou des pays, les goûts restent un peu différents. Nous sommes une entreprise en plein développement avec un atelier en Bretagne qui se charge d’une partie de la fabrication. Et nous sommes bien décidées à poursuivre et à valoriser notre engagement pour la cause des femmes, notamment avec l’Unicef. Nous sensibilisons nos clientes à la lutte contre les mariages forcés. Nos mariées sont le reflet de notre esprit de marque ! »

 

Lutte contre le mariage d’enfants : le programme mondial de l’Unicef

Chaque année, 12 millions de filles à travers le monde sont mariées avant l’âge de 18 ans. Le mariage d’enfants désigne tout mariage officiel ou toute union non officialisée entre un enfant de moins de 18 ans et un adulte ou un autre enfant. Si la prévalence du mariage d’enfants dans le monde est en baisse la pratique reste répandue : une fille sur quatre était mariée avant d’avoir atteint l’âge adulte il y a dix ans contre environ une sur cinq aujourd’hui.

En 2016, l’UNICEF, en collaboration avec le FNUAP (Fond des Nations-Unies pour la Population), a lancé le Programme mondial visant à accélérer la lutte contre le mariage des enfants. Axé sur l’autonomisation des adolescentes exposées à un risque de mariage ou vivant déjà en union maritale, le programme a permis, en 2017, à plus de 1,1 million d’adolescentes d’acquérir des compétences nécessaires à la vie courante et de poursuivre leur cursus scolaire.

Poème pour enfants de la rue

Dan Tibério nous a adressé sur le Facebook du Comité ce beau poème sur les enfants de la rue. Un grand merci à lui de nous le faire partager!

Enfants de la rue

S’ils ont pris tous tes sourires

Qu’ils ont volé ton enfance

S’ils ont bâti leurs empires

En achetant ton innocence

Mais que tu gardes dans tes soupirs une lueur d’espoir

L’idée d’un meilleur avenir d’une nouvelle histoire

J’irai chercher  tes rêves au fin fond de tes larmes

J’y poserai le soleil pour éclairer ton âme

J’inventerai des prières de meilleurs lendemains

On dit que la lumière est à portée de main

Et ces silences qui s’éternisent

Dans ces ruelles de solitude

Ces regards d’indifférence sont devenus des habitudes

Mais tu gardes au fond de ton cœur

Une raison d’espérer

Et dans tes instants de bonheur

Tu imagines la LIBERTE

 J’irai chercher  tes rêves au fin fond de tes larmes

J’y poserai le soleil pour éclairer ton âme

J’inventerai des prières de meilleurs lendemains

On dit que la lumière est à portée de main

30ème anniversaire de la CIDE : un bleu qui a fait… sensation !

DABS-3Agence de création événementielle éco-responsable, « sensation ! » créée en 1989 ne compte que six collaborateurs mais voit les choses en grand : dans le cadre du 30ème anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, c’est elle qui a paré le Panthéon de bleu, couleur de l’Unicef, et coordonné la mise en lumière de 80 monuments nationaux les 19 et 20 novembre derniers. Son directeur, Dan-Antoine Blanc-Shapiro dit « DABS » éclaire pour nous cette aventure.

« Outre l’éco-responsabilité, « sensation ! » est engagée dans une démarche RSE (Responsabilité Sociale de l’Entreprise) et attache une grande importance aux enjeux d’intégration et de partage. Notre engagement auprès de l’Unicef est donc parfaitement en phase avec les valeurs que nous défendons.

Panthéon 2

Panthéon 1Dans le cadre de la célébration des 30 ans de la CIDE, nous avons répondu à une consultation lancée fin mai par Unicef France. La première de nos pistes créatives partait du postulat que les enfants d’aujourd’hui sont les grand(e)s femmes et hommes de demain.

Le Panthéon est le lieu emblématique qui honore les grands personnages de notre Histoire… D’où l’idée de l’habiller de bleu Unicef pour célébrer l’anniversaire de leurs droits. Autre piste : illuminer en bleu d’autres monuments en partenariat avec le Centre des monuments nationaux et les Villes amies des enfants. Ces propositions nous ont permis de remporter l’appel d’offres Unicef. Nous avons pu véritablement lancer le projet en septembre… Autant dire que d’ici le délai était court pour tout mener à bien !

Panthéon 3

En ce qui concerne l’illumination des 80 monuments nationaux, nous avons coordonné les opérations pour que tout soit fin prêt le jour J. Pour le Panthéon, nous avons assuré la conception, la coordination et la mise en œuvre de sa mise en lumière le 19 novembre au soir, mais aussi la préparation et la scénographie de l’événement ouvert au public qui a rassemblé 250 jeunes le lendemain. Ils ont alerté l’opinion sur le fait que sans enfance protégée, il n’y a pas de grande destinée. Pour réussir cette belle opération, nous avons mobilisé des partenaires (prestataires audiovisuels et graphiques, société de production de vidéos, photos…) L’équipe ainsi mobilisée a travaillé en mécénat de compétences, ce qui a permis au projet d’être réalisé à faibles coûts.

Paniers gourmands et économie verte

Un mois après , le 20 décembre, en pleine grève des transports, nous organisions un événement avec « Meet my mama », une structure dont l’objectif est d’intégrer des réfugiés par la cuisine. Avec leur aide, nous avons imaginé de faire confectionner par les salariés d’une entreprise des paniers gourmands de Noël offerts par la suite à une autre association, « Le palais des femmes » qui vient en aide aux femmes en exclusion. Parmi nos projets 2020 ? Nous allons une nouvelle fois organiser pour VAL’HOR (l’interprofession de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage), les « Victoires du Paysage » qui récompensent les plus belles réalisations horticoles et paysagères de France, ainsi que le forum sur l’investissement dans l’économie verte qui rassemblera à Nice des investisseurs venus du monde entier.

Un vœu pour terminer ? Que chaque année à l’occasion de l’anniversaire de la Convention Internationale des Droits des enfants, tous les monuments de France soient illuminés en bleu Unicef ! ».

À la rencontre d’enfants à l’hôpital Robert Debré

RD 1Le 30 janvier dernier, Alexia Bouallagui, Accompagnatrice de Jeunes Ambassadeurs et Amélie Gomez, en service civique au Comité Unicef Paris Saint Denis, ont été à la rencontre de douze enfants du service de pédopsychiatrie de l’hôpital pour enfants Robert Debré.

Objectif : leur présenter l’Unicef à travers une vidéo et des activités ludiques, mais aussi dialoguer avec eux sur la façon dont ils percevaient les droits de l’enfant et sur ce qui était important pour eux dans leur vie. Pour s’adapter à la diversité de leurs âges, 11 et 12 ans pour la majorité, 8 ans pour une petite fille et cinq ans pour deux autres, plusieurs groupes ont été formés. Les plus grands rédigeaient un article sur la maltraitance pour le journal de l’hôpital tandis que les autres jouaient à un jeu de l’oie Unicef illustrant des droits de l’enfant. Le pédopsychiatre et trois membres du personnel hospitalier ont aidé Alexia et Amélie à rentrer en contact avec les enfants. En interagissant avec eux et entrant dans leur monde, elles ont réussi à vaincre leur timidité. Jeu de l'oie Unicef

Merci à l’hôpital Robert Debré qui avait déjà accueilli en fin d’année dernière l’exposition Unicef illustrant le 30ème anniversaire de la CIDE !

RD 2

Une belle opération à renouveler, pourquoi pas dans d’autres établissements ?

Des bénévoles Frimousses au service des enfants du monde

Jordan galette des roisLe vendredi 24 janvier, la fête de galette des rois a réuni comme tous les ans les bénévoles Frimousses du Comité Unicef  Paris. Une occasion de les remercier de leur implication et de nous rappeler la raison pour laquelle ils continuent à  donner de leur temps à l’Unicef et pourquoi il est important de continuer à sensibiliser le public à la cause des enfants.

10 bénévoles, nouveaux et  vétérans  Frimousses avaient répondu « présent » à l’invitation.

Selon Jordan (photo) un bénévole de vingt-trois ans, actif depuis l’âge de dix-huit ans : « on doit faire prendre conscience à la population jeune, aux enfants, des problèmes des enfants défavorisés du monde et de l’obligation morale que nous avons de leur venir en aide ».

L’école Elémentaire de Reuilly reçoit l’Atelier Frimousses avec beaucoup d’enthousiasme

Frimousse ReuillyLundi 20 janvier, un atelier « poupées Frimousses » s’est déroulé dans l’école de Reuilly avec les élèves de CM2.

Chaque enfant a confectionné sa poupée selon son inspiration, aidé par les bénévoles du Comité Paris Unicef. Des poupées très diverses !

Les enfants ont  imaginé une carte d’identité pour leur poupée en choisissant son nom, sa nationalité et en lui inventant une petite histoire. Une manière ludique de les sensibiliser au droit à l’identité.

Tout cela sans que les bénévoles cessent de leur rappeler qu’ils sont en train d’aider, avec leur poupée, à l’identification des enfants de Côte d’Ivoire, indispensable pour pouvoir faire la scolariser.

Etape suivante : les poupées sont exposées dans l’école pour que parents et élèves puissent les admirer. Les enfants repartent avec leur Frimousse contre un don à l’Unicef. Les dons récoltés permettent de sauver des enfants par la vaccination.

Pour que cette belle démarche perdure, l’Unicef Comité de Paris manque de bénévoles prêt(e)s à s’engager dans la durée. Avis aux amateur(trice)s !

 

Vous avez dit éloquence ?

EloquenceLes participants : 11 antennes Unicef (rassemblant des étudiants d’établissements d’enseignement supérieur de Paris et de la région parisienne) ; le cadre : le grand amphi de l’Institut Catholique de Paris ; le thème : « La guerre, un jeu d’enfants ? » Réunissez le tout et vous obtenez la 5ème édition du concours d’éloquence inter-antennes Unicef dont la finale s’est déroulée le 21 novembre dernier.

C’est devenu une tradition : chaque année désormais, les étudiants d’antennes Unicef de la capitale et de ses environs ont à cœur d’organiser leur concours d’éloquence. Un travail de longue haleine car il est précédé par la sélection par chaque antenne de son candidat dans le cadre d’éliminatoires organisées au niveau des établissements. Et pour corser l’exercice, le thème de la finale n’est déterminé que 10 jours avant le concours par les responsables d’antennes de chacun des participants. C’est devant un amphi plein à craquer que chaque candidat de l’édition 2019 du concours – bruyamment soutenu par ses supporters – devait exposer sa thèse en 8 minutes chrono avant d’échanger avec le jury pendant 3 minutes.

Un jury présidé par Brigitte Monsou et constitué par deux professeurs de faculté et deux avocats (dont Patrick Terroir, du Comité Unicef Paris), qui a eu cette année une tâche particulièrement ardue, tant le niveau des candidats était élevé et la qualité des prestations difficile à départager.  Vainqueur : la candidate désignée par l’antenne Paris Dauphine. Félicitations à elle ! 

Stains, Aulnay, Pierrefitte, Pantin… La Seine Saint Denis fête les enfants  tous azimuts !

Partenariat aveclé département ++

Célébration des 30 ans de la CIDE en partenariat avec le département de la Seine Saint Denis et le centre social du département, en lien avec les associations qui agissent en faveur des enfants comme « Allô enfance en danger »…

 

Pierrefitte 2 ++

 

 

Atelier dessin au centre social polyvalent de Pierrefitte  : chaque dessin représente un droit essentiel de l’enfant. Tous les dessins ont été adressés au Président du Conseil départemental.

À l’issue d’une campagne électorale acharnée et riche en propositions, l’élection du Conseil Municipal d’Enfants de Stains s’est déroulé à l’espace culturel Paul Eluard. Les heureux jeunes élus se sont vu remettre leur écharpe tricolore… le 20 novembre, bien sûr !

 

… Et toujours à Stains, ouverture du forum des droits de l’enfant programmé du 9 au 13 décembre.

Le 28 novembre à Aulnay-sous-Bois, le marché solidaire L'Oréal‘Oréal a réuni l’Unicef et plus d’une vingtaine d’associations

 

 

 

NEW YORK, NY - NOVEMBER 07:  Aretha Franklin performs onstage at the Elton John AIDS Foundation Commemorates Its 25th Year And Honors Founder Sir Elton John During New York Fall Gala at Cathedral of St. John the Divine on November 7, 2017 in New York City.  (Photo by Dimitrios Kambouris/Getty Images)

Et le 30 novembre à l’Espace Pantin… de la ville du même nom, le 30ème anniversaire de la CIDE a été célébré par un concert de soul music, hommage à Aretha Franklin, reine de la soul, et occasion de récolter des dons et de sensibiliser le public aux actions de l’Unicef.

Concert de soul music à Pantin

L’école Ozar Hatorah et ses Frimousses célèbrent le 20 novembre

Frimousses Ozar HatorahCette année encore, l’école Ozar Hatorah du 11ème arrondissement a renouvelé sa fidélité à l’Unicef. Les enfants ont créé de jolies (et festives) Frimousses, collecté de très beaux dons et magnifiquement célébré le 30ème anniversaire de la CIDE.

Frimousses Ozar 2

Bravo à tous !

Le Village International pour l’Enfance

Affiche photos enfantsS St JToujours dans le cadre de la célébration du 30ème anniversaire de la CIDE, le Village International pour l’Enfance s’est déroulé sous l’égide de l’Unicef du 8 novembre au 8 décembre 2019 : une trentaine de chalets de Noël – dont deux chalets Unicef – tous habillés au couleurs de notre association, installés en plein cœur de Paris Square Saint Jacques le long de la rue de Rivoli et du Boulevard Sébastopol ; deux sculptures géantes de Richard Orlinski présentes pendant toute la durée du Village ; une tente dans le square Saint Jacques proposant des animations pour les enfants chaque mercredi et samedi après-midi… et même Miss Hawaï 2019 en visite spéciale ! Une belle opération coordonnée avec une implication sans faille par Patrick Veyssière, son chef de projet pour le Comité Unicef Paris Saint Denis. Retour sur ses temps forts.

Inauguration…

Orlinski près d'un de nos chalets Village +Ouvert le 8 novembre, le Village a été inauguré le 12 par Ann Avril, Directrice générale Adjointe d’Unicef France, Brigitte Monsou, Présidente du Comité Unicef Paris Saint Denis et par Richard Orlinski, sculpteur et auteur du cerf rouge et de l’ours blanc monumentaux qui ont rendu le Village visible de très loin ! Richard Orlinsky, fidèle soutien de notre association, est également l’auteur d’une partie des cartes de vœux de la collection Unicef 2019/2020.

BM AA et RO

Quelques heures plus tôt, Sébastien Lyon, Directeur Général d’Unicef France lançait officiellement le Village en direct sur FR3 Ile de France.

Chalets…

Richard Orlinski dans un chalet UnicefOutre les 2 chalets Unicef tenus en partie par nos bénévoles – 12 personnes par jour s’y sont succédé ! – le public pouvait faire ses courses de fêtes dans l’un des nombreux chalets représentant une variété de pays qui proposaient bijoux, foulards en cachemire, produits d’artisanat tunisien, russe, malgache ou indien, jeux, bouillottes doudous… mais aussi des spécialités régionales à déguster pour les fêtes, charcuteries, fromages truffés, gâteaux…

Visite surprise de Miss Hawaï 2019 …

Patrick et Miis HInformée de l’existence du Village par le Facebook du Comité, Sejal Megill, Miss Hawaï 2019, particulièrement sensible à la cause des enfants, nous a fait le plaisir et l’honneur de sa visite et s’est prêtée avec beaucoup de charme et de gentillesse au jeu des photos et des selfies !

Animations pour les enfants…

Village Doudou et Cie

Doudou et Compagnie, poupées Frimousses, Loup Auzou, ateliers de coloriage… Chaque mercredi et samedi après-midi, des animations et jeux pour les enfants étaient proposés sous la tente Unicef installée dans le square Saint Jacques. Sans oublier l’animation 3D « Suivez Malika » qui permettait de partager une journée dans un village du Niger avec Malika, une adolescente de 12 ans.

 Au total, les ventes de nos deux chalets Unicef ont généré plus de 10 000€ de recettes, un grand merci aux bénévoles qui ont permis d’atteindre ce beau résultat ! Pendant un mois, l’Unicef a été visible au cœur de la capitale, rappelant aux passants et aux nombreux touristes de cette période pré-festive que des millions d’enfants dans ce monde ont plus que jamais besoin de leur soutien.

Après les droits de l’homme Chaillot célèbre les droits des enfants

76642421_2128512307250619_3487825860273111040_oEn 2018, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, signée le 10 décembre 1948 au théâtre de Chaillot, fêtait ses 70 ans. Anniversaire que le théâtre national de la danse a célébré l’an dernier par un mois de création chorégraphique. 800px-Théâtre_national_de_ChaillotSollicité par Patrick Affichage ChaillotTerroir, du Comité Unicef Paris St Denis, c’est tout naturellement que le directeur de Chaillot, Didier Deschamps, a accepté que Chaillot célèbre cette année le 30ème anniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Une célébration en deux temps : l’introduction le soir du  23 novembre de la première du spectacle de hip-hop de Kader Attou, « Allegria »,  par Dominique Chevalier, vice-présidente d’Unicef France ;  et le 30 novembre, un après-midi d’ateliers sur le thème de « l’artiste et son monde » suivi d’un débat consacré à « l’enfant, la culture et la création », organisé par notre Comité.  

76620542_2128512513917265_4184199359291719680_oLe samedi 23 novembre, c’est devant une salle comble que Dominique Chevalier entourée de Didier Dechamps et du chorégraphe Kader Attou, auteur du spectacle, a ouvert la soirée par une intervention brève mais vibrante de force de conviction et d’enthousiasme sur la défense plus que jamais nécessaire des droits de l’enfant, « non des adultes miniature mais des êtres à part entière avec des droits spécifiques, dont ceux à la culture et aux loisirs. » Dominique Chevalier a également remercié le théâtre de Chaillot pour les 50 places offertes à des jeunes défavorisés pour assister à la première du spectacle de Kader Attou – particulièrement réussi comme en a témoigné l’ovation qui a salué son final.

Les 3 ++Le samedi suivant 30 novembre, Didier Deschamps avait également tenu à participer au débat animé par Patrick Terroir sur « L’enfant, la culture et la création » aux côtés de Soline Bourdeverre, enseignante et autrice de plusieurs ouvrages sur les droits de l’enfant et de Stéphane Tessier, chercheur, médecin, directeur d’organisations, également auteur de nombreux ouvrages sur l’enfance et la jeunesse.

 

Un merci chaleureux au théâtre de Chaillot et à son directeur pour leur précieuse contribution à la célébration des 30 ans de la CIDE ainsi qu’aux intervenants au débat !  

L’école Chaptal voit la vie en bleu

IMG_3084Encore et toujours le 20 novembre, professeurs et élèves de l’école Chaptal, dans le 9ème arrondissement avaient choisi de voir la vie en bleu Unicef : ballons, dessins, gâteau géant, jusqu’aux craies pour célébrer sur l’asphalte de la cour de récréation les droits des enfants ont célébré une journée bleue comme l’espoir… Bravo et merci à tous !

CIDE, les nouveaux défis : débat à la Maison du barreau

 

Débat Maison du barreauAu programme, des tables rondes sur des sujets sensibles d’actualité : « Réforme pénale des mineurs, comment éviter une justice plus répressive et expéditive ? » ; « La protection de l’enfance : des réformes nécessaires pour le bien des enfants » ; « L’enfant citoyen : un nouvel ordre juridique pour les enfants de l’ère numérique ? ». Des intervenants de grande qualité – représentant du ministère de la justice, défenseur des droits, maître de conférence, avocats… – ont animé une matinée passionnante et riche en informations.